Economie

L’élan coopératif se confirme dans la région Midi-Pyrénées

Le 07 septembre à 15h30

Afin de sauver leur entreprise, les salariés de la fonderie Gillet, à Albi, ont constitué une Scop.
Afin de sauver leur entreprise, les salariés de la fonderie Gillet, à Albi, ont constitué une Scop. (José A. Torres)

À l’occasion de sa récente assemblée générale qui se tenait à Saint-Jean-de-Poutge, dans le Gers, l’Union régionale des scop (sociétés coopératives et participatives) de Midi-Pyrénées a présenté son rapport d’activité de l’année passée.
En 2014, 28 nouvelles Scop, Scic (sociétés coopératives d’intérêt collectif) et Coop Loi 47 ont vu le jour en Midi-Pyrénées dont : 20 créations pures, 6 reprises, 2 transformations/transmissions. En 2014, on dénombrait en Midi-Pyrénées 216 Scop, Scic et Coop Loi 47, pour un total de 3 461 salariés. Le chiffre d’affaires toutes Scop confondues est de 281 millions d’euros.

Midi-Pyrénées est la première Union régionale de France avec le meilleur taux de sociétariat après 2 ans : 79 %. Le département de la Haute-Garonne concentre la majorité des Scop régionales, à savoir 123 (57 %). Vient ensuite le département du Tarn, avec 30 Scop (13 %). Avec seulement 8 Scop (4 %), le département de l’Aveyron ferme la marche, juste devant le département voisin du Lot, qui ne compte que 3 Scop (1 %). Le secteur des services et des transports regroupe 49 % des entreprises coopératives régionales, devant celui du BTP (19 %), l’industrie (11 %) et le commerce (10 %).

Les perspectives pour 2015

« 2014 a été une année riche en créations de Scop/Scic, qu’il s’agisse de projets ex nihilo, ou de transmissions-transformations. Au vu des accompagnements menés au premier semestre 2015, nous espérons voir ce chiffre encore croître cette année. Cet engouement peut s’expliquer de plusieurs façons. L’une d’entre elles est la crise économique qui s’installe et qui oblige de repenser certains modèles. Les entrepreneurs font le choix de davantage de démocratie et de transparence au sein de la gestion de l’entreprise tout en souhaitant ancrer l’activité et les emplois sur les territoires », analyse Muriel Decout, directrice générale de l’Urscop Midi-Pyrénées. Avec plus de 200 entreprises coopératives, la région Midi-Pyrénées fait figure d’exemple à l’échelle du pays. L’Union Régionale des Scop Midi-Pyrénées fédère les Scop (Sociétés Coopératives de Production) et les SCIC (Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif) de la région. C’est un réseau d’accompagnement à la création, la reprise et la transmission d’entreprises en coopératives, www.scopmidipyrenees.coop.

2 680 Scop, près de 51 000 salariés en France

À la fin de l’année 2014, les sociétés coopératives et participatives sont au nombre de 2 680 en France et emploient près de 51 000 salariés. 26 900 salariés sont associés de ces entreprises, qui génèrent un chiffre d’affaires consolidé de 4,4 milliards d’euros. 66 % des sociétés coopératives et participatives ont moins de 10 salariés. Elles emploient 13 % des effectifs des Scop et Scic. À l’opposé, moins de 1 % des coopératives ont 250 salariés ou plus, et représentent 22 % des salariés. Le taux de pérennité à 5 ans des Scop est égal à 64 % contre 50 % pour l’ensemble des entreprises françaises (source Insee). Un chiffre révélateur d’une plus grande résistance économique !