Economie

Guillaume Bruneau aux commandes de Ruban Bleu

Le 08 janvier à 17h48 | Mis à jour le 10 janvier

Guillaume Bruneau, (quatrième en partant de la gauche), ici entouré de ses proches collaborateurs, a succédé à Maxime Rey, à la tête de toute la filière interurbaine du groupe Ruban Bleu.
Guillaume Bruneau, (quatrième en partant de la gauche), ici entouré de ses proches collaborateurs, a succédé à Maxime Rey, à la tête de toute la filière interurbaine du groupe Ruban Bleu. (Joël Born)

Ca roule pour les entreprises de transports de voyageurs aveyronnaises qui, pour nombre d’entre elles, ont réussi à s’exporter hors des seules frontières départementales. Avec succès. Et ça roule fort bien, notamment, pour l’entreprise ruthénoise Ruban Bleu, qui vient de traverser une année 2016, riche en événements et qui débute 2017 avec plusieurs changements de taille : qu’il s’agisse de la nomination d’une nouvelle direction, du lancement d’un nouveau site internet ou de l’acquisition de quatre nouveaux autocars haut de gamme.

218 véhicules

Depuis sa création, il y a plus de 60 ans, la société Ruban Bleu Autocars a bien grandi. Cette expansion s’est traduite par le rachat de plusieurs autres sociétés de transports de voyageurs extérieures : les Cars Coulom, à Albi, Gaillac et Cordes, dans le Tarn, en 2008 ; les Cars Constant, à Marvejols, en Lozère, en 2012 ; Murel Voyages, à Mirandol-Bourgougnac, dans le Tarn, en 2014. Ce développement s’est poursuivi, l’an dernier, avec l’intégration des Autocars Gauchy, à Villefranche-de-Rouergue, Najac, Galgan et Caylus, ainsi que la création d’un nouvel établissement Ruban Bleu à Millau, qui vient compléter le dépôt historique de Rodez.

Réunis sous la marque RUBANBLEU, ces cinq autocaristes emploient 226 personnes et exploitent 218 véhicules de 8 à 61 places. Afin de répondre à la demande de transport touristique du meilleur confort, RUBANBLEU a fait l’acquisition de quatre nouveaux autocars haut de gamme de la marque Setra. Un investissement particulièrement conséquent de l’ordre de 300 000 à 350 000 euros, pour chaque véhicule. 

Un jeune directeur

Après avoir été directeur des ressources humaines du groupe, pendant plus de 7 ans, Guillaume Bruneau vient de succéder à Maxime Rey, qui a quitté la direction des transports interurbains du groupe, après 20 ans de collaboration. Pour ce jeune dirigeant de 35 ans, il s’agit désormais de conforter le positionnement de RUBANBLEU.

« Nous devons réussir à bien digérer ces diverses intégrations et à renforcer notre marque en nous appuyant sur de la qualité, explique-t-il. Nous sommes un métier de service. Cela passe par de la formation, le management des équipes et le maintien de la qualité des véhicules. » Et Guillaume Bruneau d’assurer : « Je suis très bien aidé au quotidien. Toute l’entreprise est derrière. » Une entreprise qui décline désormais l’ensemble de ses activités sur son nouveau site internet : www.rubanbleu-