solidarité

Mobilisation littéraire à Villefranche en soutien à une romancière turque

Le 10 janvier à 07h00

Asli Erdogan, jeune écrivaine turque parmi les plus renommées dans le monde, a été arrêtée à son domicile le 16 août 2016.
Asli Erdogan, jeune écrivaine turque parmi les plus renommées dans le monde, a été arrêtée à son domicile le 16 août 2016. (Repro CP)

Samedi 14 janvier, l’hôtel Les Fleurines de Villefranche sera le théâtre de lectures destinées à soutenir l’écrivaine turque Asli Erdogan ainsi que tous les intellectuels prisonniers d’opinion en Turquie.

Asli Erdogan, jeune écrivaine turque parmi les plus renommées dans le monde, a été arrêtée à son domicile le 16 août 2016.Son soutien à la minorité kurde lui vaut d’être inculpée pour terrorisme alors qu’elle est foncièrement démocrate et non-violente ; la réclusion à perpétuité est requise à son encontre. Après quatre mois de détention dans des conditions extrêmes, elle est remise en liberté provisoire mais reste inculpée et risque toujours la prison à vie. Son procès, commencé le 29 décembre, reprendra en mars. 

 

Asli Erdogan est devenue un symbole : la pétition internationale pour sa libération a recueilli plus de 45 000 signatures, le Pen Club lui a décerné son prix Tucholsky. Comme elle, plus de 200 intellectuels, écrivains, journalistes ou traducteurs ont été arrêtés en Turquie au lendemain du coup d’État manqué des 15 et 16 juillet 2016 ; 23 stations de radio, 3 agences de presse, 15 universités, 45 journaux ont été fermés.

Au total, on estime à plus de 50 000 le nombre d’arrestations entre juillet et décembre 2016. Chaque jour ou presque, de nouveaux écrivains, journalistes, professeurs sont placés en détention ; plus de 170 sont actuellement emprisonnés. Le rendez-vous est fixé à 18 heures à l’hôtel Les Fleurines pour des lectures publiques, des échanges et informations autour des écrits d’Asli Erdogan... Cette rencontre est organisée par la librairie La Folle Avoine et des membres aveyronnais du Comité de soutien à l’écrivaine avec la participation du lecteur Henri Robert. Entrée libre.