Millau

Rail. Un maintien de la ligne Aubrac à voir comme un «vrai tremplin»

Le 11 janvier à 07h00

Le vice-président à la Région, Jean-Luc Gibelin, était présent.
Le vice-président à la Région, Jean-Luc Gibelin, était présent. (JB)

Alors que le transfert sur route semblait imminent au regard des annonces faites par le gouvernement, la Région Occitanie a obtenu, il y a quelques semaines, le maintien de la ligne Aubrac (Béziers-Neussargues) dans le cadre d’une expérimentation de deux ans et en contrepartie d’une prise en charge de la moitié du déficit d’exploitation.

Une victoire obtenue à l’arraché, au sortir de « discussions serrées » avec l’État, dont s’est félicité le vice-président régional Jean-Luc Gibelin, qui animait vendredi soir une réunion publique dans les locaux de la gare, à Millau. Devant un parterre de cheminots, de syndicalistes, de représentants du comité pluraliste de défense de la ligne et d’élus socialistes et communistes, l’élu en charge des mobilités et du transport a tenu à saluer «tous ceux qui ont contribué à la défense de ce train d’équilibre du territoire». «Merci d’avoir fait tout ça», a-t-il ajouté, avant de restituer les conclusions des états généraux du rail en Aveyron.

Jean-Luc Gibelin a également profité de cette réunion pour évoquer l’avenir de cette ligne vieillissante dont la régénération est devenue indispensable. « Ces deux années d’expérimentation qu’on a devant nous, il ne faut pas les voir comme un compte à rebours, mais comme un vrai tremplin. Nous avons besoin de tout le monde pour démontrer à l’État l’utilité et l’efficacité de cette ligne dans le futur. Pendant ces deux ans, il faudra être inventif et offensif ». Au cours de la réunion, les échanges ont permis d’aborder de nombreuses pistes de développement, en particulier celles du fret et des transports scolaires qui pourraient être mis en place rapidement sur des petits tronçons de la ligne.