Mécanic Vallée

Airbus dépasse ses objectifs de livraisons en 2016, et Boeing en termes de commandes

Le 11 janvier à 16h22 | Mis à jour le 11 janvier

2016 a été je pense une année qui nous a permis non seulement d'atteindre nos objectifs mais de les dépasser", s'est félicité mercredi à Toulouse le PDG d'Airbus Fabrice Brégier.
2016 a été je pense une année qui nous a permis non seulement d'atteindre nos objectifs mais de les dépasser", s'est félicité mercredi à Toulouse le PDG d'Airbus Fabrice Brégier. (AFP)

Airbus a dépassé ses objectifs de livraisons pour 2016 au terme d'un sprint final qui lui a permis de remettre 688 avions à ses clients, et il a engrangé plus de commandes que son rival Boeing. "2016 a été je pense une année qui nous a permis non seulement d'atteindre nos objectifs mais de les dépasser", s'est félicité mercredi à Toulouse le PDG d'Airbus Fabrice Brégier.

Le constructeur bat ainsi pour la 14e année consécutive son record de livraisons. Ce point est d'autant plus important que les compagnies aériennes règlent la plus grande partie du prix d'un avion à la livraison. Le patron de la branche aviation civile d'Airbus a refusé de donner des chiffres précis sur les objectifs de livraisons pour 2017 mais les a évalués pour l'heure à "plus de 700".

Par ailleurs, Airbus a engrangé 731 commandes, ce qui porte son carnet de commandes à 6.874 avions fin 2016. Dans son bilan commercial publié vendredi, Boeing a annoncé avoir livré 748 appareils en 2016 et enregistré 668 commandes nettes. Airbus reste donc derrière son concurrent américain en termes de livraisons, même s'il le devance en termes de commandes. M. Brégier est revenu sur les difficultés rencontrées cette année sur la production de son dernier-né sur le segment long-courrier l'A350, freinée en début d'année en raison de problèmes liés à ses fournisseurs.

"2016, surtout les six premiers mois, a été particulièrement difficile" sur le plan de la production, a-t-il rappelé. Le constructeur s'était fixé un objectif de 50 appareils livrés, il a finalement frôlé ce but, avec 49 avions remis. Deux autres ont été remis aux essais en vol. Le constructeur enregistre un ralentissement sur le segment des long-courriers en raison notamment de la baisse du prix du carburant qui a retardé le renouvellement des flottes, mais aussi d'une baisse des commandes de la part des compagnies du Golfe, qui avaient atteint des sommets au cours des dernières années. L'avionneur a annoncé un plan de suppression d'emplois de 1.164 postes en Europe dans le cadre d'une restructuration du groupe. Mercredi après-midi, il doit par ailleurs livrer le premier avion d'une commande de 100 appareils à la compagnie Iran Air.