Capdenac-Gare

L'autre festival : derrière le hublot, il se passe toujours quelque chose...

  • Les musiciens mécaniciens acteurs et chanteurs du groupe hollandais Bot.Photo Ilton-K.-Do-Rosario
    Les musiciens mécaniciens acteurs et chanteurs du groupe hollandais Bot.Photo Ilton-K.-Do-Rosario
S'abonner Mis à jour le -- partages
Plusieurs compagnies, groupes et artistes animeront l'Autre festival de Capdenac, samedi 19 et dimanche 20 mai. Du spectacle bien vivant.

 

À Capdenac, il se passe toujours et forcément quelque chose Derrière le Hublot. Voilà donc, comme chaque printemps, l’équipe de l’incontournable Fred Sancère se remet en selle pour l’Autre festival. Deux jours durant, samedi 19 et dimanche 20 mai, la cité cheminote va faire la fête et se mettre en scène en accueillant une multitude de troupes et d’artistes. Entre théâtre, danse, voltige, musique, arts visuels et autres créations artistiques. Autant de reflets d’un spectacle véritablement vivant, d’une extrême diversité.

Et comme Capdenac-Gare est fille du rail (en 1946 la ville comptait 1 200 cheminots, ils sont aujourd’hui moins d’une centaine !), le Groupe Zur donnera le ton (samedi et dimanche, à 22 heures, gratuit) avec son aventure ferroviaire Incorso, 4e mouvement. Avec Incorso, cette compagnie, qui est accueillie en résidence du 11 au 18 mai, invente sur chacun des lieux investis une nouvelle zone utopique. À Capdenac, le groupe Zur invitera le public sur le plus grand écran de la ville - une barre HLM de 58 mètres de long et trois étages - pour une aventure ferroviaire utopiquement reconstituée. Pour partager cette aventure au cours d’ateliers de chant, théâtre et bricolage avec les artistes, téléphoner au 05 65 64 70 07.

Autre compagnie accueillie en résidence, l’équipe de Dans tes rêves présentera son Bruit des ombres, une création sonore pour café et paysage, jeudi 17, vendredi 18, samedi 19 et dimanche 20 mai, à 20 h 30 (billetterie gratuite, jauge limitée à 40 personnes).

Concert théâtre de machines

L’Autre festival de Derrière le hublot, c’est bien évidemment le moment de faire de belles rencontres et découvertes culturelles. Qu’il s’agisse du théâtre autobiographique pour six voix du Groupe ToNNe avec ses déménagements, la contemplation aérienne de Chloé Moglia ou du concert théâtre de machines et objets des Néerlandais de Bot. Tour à tour mécaniciens, musiciens, acteurs et chanteurs, avec Ramkoers, les artistes de cette équipe hollandaise inventent une rocambolesque aventure visuelle et musicale (samedi, à 21 heures, et dimanche, à 16 heures, dans l’entrepôt de l’entreprise Capraro, de 5 à 12 €). Un spectacle à la fois étonnant et détonnant.

Dans ce riche programme, il y aura aussi les rituels dansés contemporains de Rites (samedi, à 11 heures, au marché, dimanche, à 15 heures, au Parc de Capèle), les Jeu des 7 familles du Massif Central, Fleur le conte musical et loufoque pour grands enfants de Fred Tousch, Sainte Dérivée des trottoirs, un spectacle ultra-marin pour rivages poétiques, porté par un talentueux comédien, exilé haïtien. Citons encore les grands travaux photographiques de Kristof Guez, le documentaire Zvizdal Holocène sur ces « samosiols », qui sont revenus vivre sur les territoires contaminés de la région de Tchernobyl, les Évidences inconnues de Rode Boom ou la fresque sociale et historique des Réunionnais de la Konpani Ibao. Dans ce véritable déluge créatif, l’Atelier vecteur proposera également à tous ceux qui le souhaitent son architecture participative, ou comment aménager des espaces communs à partager. Pour la partie musicale, plusieurs concerts sont programmés avec l’électric suspendu (expérience sonore), Inflatable Dead Horse (folk rock), Drame (rock électro), Rubin Steiner (électro) et The Legendary Tigerman (rock’n’roll). De quoi mettre le feu au Parc de Capèle.

Réagir