Valady

Gilbert Mestre, président d’honneur des Croqueurs de pommes

  • Gilbert Mestre (à gauche) cultive depuis toujours sa proximité avec la nature
    Gilbert Mestre (à gauche) cultive depuis toujours sa proximité avec la nature
S'abonner Mis à jour le -- partages

« Ils ne sont pas nombreux ceux qui, comme Gilbert Mestre, savent greffer les noyers »confie Jérôme Delcuzoul, le président de l’association des Croqueurs de pommes qui avait réuni une vingtaine « d’apprentis greffeurs » chez Gilbert à Bougaunes. Le maître des lieux, spécialiste de la greffe traditionnelle en sifflet, partage volontiers son savoir-faire afin de maintenir et de pérenniser la variété. En bon pédagogue, Gilbert fait une démonstration détaillée, tout en répondant aux question set en aidant les moins habiles à appliquer ses consignes . « Sur un arbre producteur (le « flaugier » en occitan) , explique-t-il, il faut prélever un greffon duquel on extrait les sifflets ( les cantarelles) à partir de chaque bourgeon. Il suffit ensuite d’enfiler le sifflet sur une tige du porte-greffe ». Facile à dire, mais pas aussi simple à faire ! Les néophytes, appliqués et parfois laborieux, ont été particulièrement impressionné par la dextérité du « maître » qui semble « avoir fait ça toute sa vie ». Il faut dire que Gilbert Mestre est un passionné qui s’intéresse depuis fort longtemps à tout ce qui touche à la nature en général, et plus particulièrement à la sauvegarde du patrimoine viticole et fruitier . En 2002, il fut d’ailleurs un des fondateurs des Croqueurs de pommes aveyronnais, une association qui lui fait aujourd’hui la surprise de le choisir comme président d’honneur. En souvenir d’une aventure ancienne qui l’avait bien amusé, les adhérents lui ont offert un cormier (sorbier domestique), un arbre relativement rare et très dur, dont le bois servait notamment à faire les engrenages pour les moulins.

Réagir