Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Gazon maudit à Rodez

10 mai 2015 / 16h25

Publicité

En matière de santé publique les méfaits de certains produits phytosanitaires sur la santé ne sont plus à démontrer. Idem sur le plan environnemental où l’on n’a pas encore fini aujourd’hui de mesurer sur les cours d’eau, les nappes phréatiques, la faune ou encore la flore, les dégâts générés par des années d’utilisation intensive de ces produits.

Consciente de cela, la Ville de Rodez s’est engagée - et ne rate aucune occasion de le faire savoir - depuis quelques années dans une baisse drastique de l’utilisation des produits phytosanitaires pour l’entretien de ses espaces verts.

«C’était très beau»

Difficile, pourtant, de ne pas voir que la parcelle du jardin public, sous le musée Soulages (côté maison de l’Agriculture et Amphi) a été complètement brûlée par l’épandage d’un désherbant chimique. Alors, certes, l’entretien de cette partie du jardin public (autour du musée, du multiplexe et le jardin d’enfant) est géré par une entreprise privée, mais, il n’empêche, c’est sur le territoire de la Ville que le désherbant a été utilisé.

«Au départ, dans le cahier des charges, il était question de prairie, alors on a planté du trèfle et on l’a laissé prospérer, se défend le paysagiste d’ISS Espaces Verts de Bozouls, qui gère la dite parcelle. C’était d’ailleurs très beau, ajoute-t-il. Mais là, récemment, plus question de prairies aux herbes folles, les architectes du musée Soulages ont réclamé du gazon ; et tout de suite. Alors, pour que ce soit vert pour la saison estivale, il n’y a pas 50 000 solutions. On a coupé la prairie de trèfles et on a mis du désherbant. D’ici juin, on pourra semer du gazon. Mais c’est sûr que si on l’avait su plus tôt on aurait pu faire autrement.»

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité