Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

L’Estivada va-t-elle disparaître ? Certains le redoutent, la mairie dément

RODEZ /
08 déc. 2015 / 07h01

Publicité

L'Estivada, le festival des cultures occitanes, qui rassemble chaque année plusieurs milliers de participants à Rodez va-t-elle définitivement disparaître ? Si rien pour l'heure ne le laisse supposer, le choix de la municipalité qui dès l'été dernier a exprimé sa volonté de revoir la maîtrise d'oeuvre du festival en prenant l'organisation du festival en régie directe, inquiète. 

A commencer par l'administrateur du site internet dédié et de la page Facebook du festival transformée depuis le 1er décembre en une "Pagina de Sosten", une page de soutien

 
Afin d'écarter tout malentendu, cette page est désormais une page de soutien affiché au festival Estivada et plus la...

Posté par Estivada - Pagina de sosten sur jeudi 3 décembre 2015

Quelques jours plus tôt, l'association Org&Com qui constituait le support administratif du festival depuis 10 ans faisait savoir qu'elle cessait cette activité. Ses bénévoles exprimant leurs doutes sur "le futur plus qu'incertain" de l'événement et appelant "tous les citoyens concernés" à en faire de même au sein d'un "Collectif informel de Soutien à l'Estivada."

 
C'est désormais officiel : l'équipe du festival Estivada est forcée de cesser cette activité.Inquiets quant à l'avenir...

Posté par Estivada - Pagina de sosten sur mardi 1 décembre 2015

 

"Climat délétère"

Comment en est-on arrivé là ? Un début de réponse se trouve très certainement dans la tribune publiée sur le site internet du festival qui impute ce "changement radical" dans la vie du festival aux "mauvaises relations et problèmes de communication entre la Ville de Rodez et l'équipe de l'organisation du festival". 

"Sans volonté aucune de polémiquer, à l’heure où l’attachement à l’Estivada ne saurait être davantage désintéressé, nous ne pouvons que constater combien la dégradation sérieuse des relations a miné ce festival. Une dégradation générale, subie par tous les acteurs du territoire ruthénois qui aura contribué à l'installation d'un climat délétère" développe le communiqué.

"Favoriser les partenariats avec les villes chefs lieux de la région"

Si, effectivement, les relations entre le maire de Rodez et le directeur démissionnaire du festival s'étaient passablement refroidies, (rares sont ceux à le nier), cette seule "incompatibilité d'humeur" pour paraphraser un proche du duo, remet-elle en question la survie du festival ? Désormais à la baguette, la municipalité par la voix de plusieurs élus, assure le contraire sur Facebook. "Pour 2016, Christian Teyssèdre (le maire de Rodez NDLR) l’a réaffirmé, la Ville a choisi d’assurer aussi la maîtrise d’œuvre. En partenariat avec les associations engagées dans le développement et la valorisation de ce patrimoine culturel immatériel elle souhaite ainsi développer ce festival en favorisant les partenariats avec les villes chefs lieux de la région mais aussi améliorer les relations avec la Catalogne qui s’étaient progressivement affaiblies depuis 5 ans", s'est défendue l'adjointe Monique Herment-Bultel.  

"Les inquiétudes que nous manifestons doivent amener des réponses claires du monde politique"

Même son de cloche pour Arnaud Combet : "Je ne comprends pas pourquoi de nombreux commentaires disent que l'Estivada va disparaître. Dans le budget de la ville de Rodez qui sera voté à la fin du mois de décembre, l'organisation du festival est financée au même niveau que les années précédentes". Et d'ajouter : "Si nous avions voulu le supprimer cela aurait été fait depuis longtemps."

Un discours qui peine à rassurer les défenseurs des cultures occitanes qui appellent aujourd'hui " tous les citoyens attachés à l'Estivada" à manifester leur soutien "avec force et conviction". "Les inquiétudes que nous manifestons, doivent amener des réponses claires du monde politique qui devra assumer sa position sur l'avenir de ce festival en terre ruthénoise et plus généralement sur celui de la langue et de la culture occitane". Le vote du budget d'ici la fin du mois devrait permettre d'y voir plus clair. 

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité