Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Patrick Fiori : «Travail et honnêteté m’ont souri»

10 avr. 2015 / 07h01

Publicité

Il est né Patrick Chouchayan, le 23 septembre 1969 à Marseille, d’un père arménien et d’une mère corse. Sa première apparition sur le petit écran remonte précisément au 13 mai 1993, date à laquelle il a défendu les couleurs de la France au concours Eurovision de la chanson à Millstreet, en Irlande. Avec Mama Corsica, il s’est hissé au 4e rang de l’événement sur 25 participants. Mais ses vrais débuts sont liés à la sortie de son premier album, Puisque c’est l’heure, en 1994.

La carrière de celui qui est devenu Patrick Fiori a pris une autre dimension en 1998 quand il a enfilé la tenue de Phoebus dans Notre-Dame de Paris avec, notamment, Garou et Daniel Lavoie. La chanson Belle lui a d’ailleurs valu une Victoire de la musique l’année suivante. Ce fidèle des Enfoirés (17 participations) sera de retour sur la scène de l’Amphi à Rodez, après un premier passage voilà trois ans, dimanche 12 avril à 19 heures. Ce concert fait partie d’une tournée qui marque la sortie de Choisir, son 11e opus.

Pourquoi « Choisir » ?

Je viens de fêter mes 20 ans de carrière et je suis peut-être à la croisée des chemins. Cet album traduit certainement cette nouvelle vie. Choisir a ainsi un rapport avec le début de tout, mais choisir, c’est aussi renoncer à beaucoup de choses. Allez savoir !

Vous allez choisir quoi dans votre répertoire pour Rodez ?

Je vais déjà ouvrir le tiroir à souvenirs, ressortir en effet des chansons que le public a aimées, fredonnées et qu’il a envie d’entendre quand il prend un billet pour le concert de Patrick Fiori. Mais, au-delà des nouveautés, il y aura aussi quelques surprises... Je ne peux pas en dire plus !

Avec « Belle » au menu ?

(Catégorique) Non, je ne crois pas ! Il y a maintenant cinq ou six ans que je ne la chante plus sur scène. Belle est née à trois et c’est comme ça qu’elle doit exister. Seul, ça ne m’intéresse pas. Et ce, même si 1500 personnes se lèvent pour la réclamer.

Quel sens donnez-vous à l’album de vos 20 ans de carrière de chanteur ?

Disons clairement que je prends confiance avec le temps qui passe. J’avais très envie de partager ce joyeux anniversaire avec les fidèles, de célébrer cet événement comme si on fêtait un premier rendez-vous. Malgré toute ma pudeur, j’ai vraiment le sentiment que cet opus est né de ma vie personnelle. Avec des choses inattendues, comme cette chanson avec Bénabar. On avait une discussion, on parlait ainsi de tout sauf de musique... À l’arrivée, il m’a proposé les paroles de La sentinelle endormie et j’ai dit «oui» immédiatement.

Comment fait-on pour durer ?

À force de travail, d’honnêteté. Ces deux valeurs font partie de ma constitution. Je ne me suis jamais pris pour celui que je ne suis pas ! Je me lève tous les matins pour amener ma petite pierre à l’édifice. Je trouve toujours du temps pour les autres. Ça paye ! 

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité