Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Festival : quand le jazz fait la java, Decazeville a bonne mine

RODEZ /
17 avr. 2018 / 14h59

Publicité

Au mois de mai, l’équipe de Mines de jazz 2e rappel fait ce qui lui plaît. Et lorsque le jazz fait la java, Decazeville a forcément bonne mine. Bien meilleure mine que quand il lui arrive de faire grise mine... Le coup d’envoi de cette nouvelle édition du festival Mines de jazz, la seizième, sera donné mercredi 2 mai, sur l’un des écrans du cinéma La Strada, où sera projeté le film d’animation Chico et Rita, « un film visuellement inventif et une petite merveille musicale », selon l’un de nos confrères de Télérama. Dans le hall de la Strada, à partir de 18 heures, aura lieu le vernissage (animé par le Big band guitares) de l’exposition de photos de Gilles Tordjeman, Les yeux dans le jazz (du 2 au 31 mai).

Avec le petit-fils de Django

Le premier concert de Mines de jazz, la soirée influence, aura lieu jeudi 3 mai, à 21 heures, à l’espace Yves-Roques avec le Maestrio Quintet, qui traduit sur scène la rencontre de trois grandes écoles de la guitare : le classique, le jazz manouche et le flamenco. Vendredi 4 mai, dans la même salle, Mines de jazz donnera carte blanche au guitariste Marc Perez, qui fêtera ses soixante ans, entouré d’invités surprises et de David Reinhardt, le petit-fils du grand Django et fils de Babik, qui a la lourde tâche de poursuivre la tradition familiale. Autant dire que cela va swinguer. Et que les nombreux amis de Marc Perez se rassurent, même s’il se retrouve sur une seule patte, après un malencontreux accident de randonnée, qui lui a valu une désagréable fracture de la cheville, le jeune sexagénaire se porte bien et a toujours la patate.

Master class et after jazz

La soirée invitation du samedi sera réservée au quartet d’Estelle Calvi. Ce quartet reprend des standards de la pop en version jazzy. Une voix claire et cristalline, façonnée à l’école très formatrice des bals populaires, pour une interprétation juste et sensible. Le vendredi, de 14 heures à 17 h 30, David Reinhardt animera une master class de guitare, dans les locaux de l’école de musique de Bruits de couloir (renseignements et inscriptions au 06 86 79 85 86).

Toujours dans le cadre du festival, deux autres expositions seront proposées : la première du club photo Focale 12, à l’espace Ségalat (du 20 avril au 5 mai, vernissage et animation jazz, mercredi 20 avril, à 18 h 30) ; la seconde, une expo performances, 68 et après, dans les locaux de l’Aspibd, sur la zone du Centre (du 29 avril au 5 mai).

Des bâtiments et un lieu unique en son genre, remarquables témoignages du passé industriel de la ville, où se tiendront chaque soir, du jeudi au samedi, les incontournables after jazz, avec les musiciens qui partagent les affiches du festival et tous les autres. Un club de jazz, à nul autre pareil, où toutes les rencontres musicales sont possibles et imaginables, dans un esprit convivial cher à l’équipe organisatrice. Et à l’ancienne cité minière et sidérurgique.

Tarifs des concerts par soirée : plein tarif : 25 € ; avec réservation : 18 €, tarif réduit (demandeurs d’emplois, étudiants, adhérents, moins de 25 ans) avec réservation : 12 € ; moins de 12 ans (accompagné d’un adulte) avec réservation : 1 €. Renseignements et réservations auprès de l’office de tourisme de Decazeville (05 65 43 18 36). www.minesdejazz.fr

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité