Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Decazeville : l’histoire de Sam va dorénavant s’écrire en mandarin

Sam technologies est passée hier officiellement sous pavillon chinois et devient désormais Jinjiang Sam.

23 déc. 2017 / 14h00

Publicité

C’est donc hier sans surprise, il est vrai, que le tribunal de Commerce de Paris a rendu une décision favorable dans la reprise de Sam Technologies, et plus largement des trois entités qui composent encore le groupe Arche.

Même si cette décision allait sans dire, tant la proposition de rachat et le plan de reprise présentés au tribunal le 11 décembre dernier par le groupe chinois Jinjiang faisait l’unanimité de l’ensemble des parties prenantes, il n’en demeure pas moins que cela est encore mieux en le disant...

56 M€ d’investissement

Pour rappel, l’offre du groupe Jinjiang concerne les trois sites du groupe Arche, à savoir Sam, Villers-la-Montagne et Alfisa en Espagne. L’investissement annoncé sur trois ans s’élève à 56 M€, dont 18,5 M€ pour la seule Sam, sachant également que Jinjiang abonde à hauteur de 16 M€ pour assurer les besoins en fonds de roulement.

« L’outil de production est très vieillissant, confirme Ghislaine Gistau, et nécessite donc une grosse remise à niveau. Le repreneur s’est engagé à investir 8 M€ dès 2018, puis 10,5 M€ en 2019 et 2020. Concrètement je pense que dès l’été 2018 la réalisation de ce chantier pourra démarrer ».

Concernant les licenciements annoncés, une vingtaine, les représentants du personnel ont tenu à les mettre en perspective. « Il faut se souvenir d’où l’on vient. Certaines offres nous promettaient 140 licenciements (le Canadien Linamar), d’autres tout autant sinon plus... Ajoutons que dans ces 20 salariés promis au licenciement, dix d’entre eux ont des projets professionnels ou personnels. Il en restera au total localement 5 ou 6 et nous le regrettons. Mais contrairement à une rumeur qui se répand, les intérimaires sont tous gardés ».

Projet cohérent

Présent également hier lors de ce point presse, David Gistau le secrétaire général de l’UD CGT, s’est bien évidemment félicité de cette décision. Mais déjà, la CGT guigne plus loin. Et s’inscrit donc de façon optimiste, même si elle promet, « d’être plus vigilante encore que par le passé ! »

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité