Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Aveyron : les parents dénoncent leur fils soupçonné de pédophilie

Âgé de 22 ans, il a été placé sous mandat de dépôt, ce dont il a fait appel.

06 déc. 2017 / 10h54

Publicité

La décision a été aussi difficile à prendre qu’elle était nécessaire. Courant novembre, un couple d’Aveyronnais a décidé de saisir la justice, à cause du comportement inquiétant de leur fils, âgé de 22 ans. Un garçon devenu selon eux en situation de dépendance totale vis-à-vis d’internet, au point de leur expliquer qu’il vivait « en couple virtuel avec des jeunes femmes rencontrées sur le net ». Sous prétexte de faire réparer son téléphone portable, ils en profitent pour explorer l’appareil : ils y découvrent près de 3 000 photos d’enfants, souvent très jeunes, ayant des relations sexuelles avec des adultes.

Interrogé, le garçon leur explique qu’il fait partie d’un groupe de hackers, chargé de combattre et de détruire des sites pédophiles. Un discours qui ne convainc pas ses parents, qui saisissent la justice. L’enquête confirme rapidement leurs inquiétudes. Quatre procédures pour pédopornographie sont déjà lancées en France contre des pseudonymes utilisés sur internet par ce garçon : il aurait obtenu d’adolescentes avec qui il était en contact qu’elles se livrent à distance, via des webcams ou en vidéo, à des actes sexuels.

Certaines d’entre elles n’avaient que 12 ans. Plus grave : la petite sœur du jeune homme, interrogée, va finir par avouer qu’elle a subi à partir de ses cinq ans des viols répétés de sa part. Elle n’aurait rien dit à ses parents, « par peur de détruire sa famille. » Mis en examen pour « viols incestueux sur mineur, pédopornographie et corruption de mineur », le jeune homme a affirmé avoir lui-même subi plusieurs viols dans son enfance. Il a été soumis à une expertise psychiatrique, qui a décelé un « trouble grave de la personnalité ». Il a été placé sous mandat de dépôt, ce dont il a fait appel. Sa demande a été examinée mardi par la cour d’appel de Montpellier. À huis clos, une partie des faits qui lui sont reprochés ayant été commis alors qu’il était lui-même mineur.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité