Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Prison ferme pour des trafiquants de drogue

Hier, sept prévenus résidant à Millau étaient jugés devant le tribunal correctionnel de Rodez pour trafic de drogue.

RODEZ /
13 oct. 2017 / 11h30

Publicité

Tout a commencé lorsqu’un collégien du Sud Aveyron a été interpellé en possession de cannabis. Les faits se sont déroulés en 2013. Celui-ci revendait de la drogue au sein de son établissement. Devant les gendarmes, le jeune homme va dénoncer celle qui lui revendait les stupéfiants. Au fil des interrogatoires, les enquêteurs vont remonter la piste de ce trafic de drogue.

Hier, à la barre du tribunal correctionnel de Rodez, ils étaient sept prévenus à être accusés de trafic de stupéfiants. Seuls deux se sont présentés devant les juges.

« Dans ce dossier il n’y a pas de petits protagonistes, martèle le procureur de la République Yves Delpérié. Il n’y a que des gros. On n’est pas face à de petits joueurs, à un trafic en bas de l’échelle. » Les quantités de drogue en circulation entre les différents prévenus varient, selon les déclarations, entre quelques grammes et un kilo. Ces transactions auraient eu lieu à Millau.

« Une affaire dans l’affaire »

Toutefois, les déclarations des prévenus appelés à la barre du tribunal ont été confuses, parfois même contradictoires avec celles enregistrées face aux gendarmes lors des interrogatoires. De plus, un deuxième dossier, « une affaire dans l’affaire », est venu rajouter à la confusion de l’audience d’hier.

En effet, en 2014, lors de sa présentation devant le juge chargé d’instruire ce dossier, à Rodez, l’un des prévenus a été menacé de mort par le fils d’un des protagonistes. Ce même fils était jugé à Rodez dans le cadre du meurtre en 2010 de Jean-Ronald. « Il a parlé en arabe, il m’a dit de ne rien dire devant les juges pour ne pas accuser son père », a expliqué hier aux magistrats le prévenu victime de la menace de mort.

Pour Cédric Galandrin, avocat du père impliqué dans le trafic, « les déclarations de celui qui accuse tout le monde sont invraisemblables. C’est n’importe quoi ! ». « On ne peut pas prononcer de condamnation sur un dossier pareil », plaide l’avocat avant de demander la relaxe pour son client.

Finalement les juges du tribunal correctionnel ont condamné ce dernier à 14 mois de prison ferme et son fils à 5 mois.

Le deuxième prévenu présent lors de l’audience a écopé quant à lui d’un an de prison, dont 4 mois avec sursis. Les absents, ont été condamnés à des peines allant d’un an de prison ferme à six mois avec sursis.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité