Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Le maire de Decazeville fait de l’attractivité de la ville un enjeu essentiel

Maire de Decazeville, François Marty évoque les grands chantiers de sa mandature en cours.

01 févr. 2018 / 11h00

Publicité

Nous nous étions engagés durant la campagne des municipales sur plusieurs points, comme l’attractivité de la ville, les affaires scolaires - avec 200 000 € déjà investis dans la rénovation des écoles et cela va continuer - et la politique jeunesse, entre autres. J’ai l’impression d’ores et déjà que l’on a fait un travail très important, surtout si l’on considère l’état financier dans lequel nous avons trouvé la commune.

Les finances, justement, vous ont amené à lancer un cri d’alarme dès votre arrivée aux affaires. Quelle est la situation désormais ?

La dette était de 8 M€ à notre arrivée. Nous l’avons ramenée à ce jour à 6 M€, ce qui a déjà ouvert une nouvelle marge de manœuvre en matière d’investissements. Nous avons aussi ramené les frais financiers liés aux emprunts contractés par la Ville à 170 000 € au lieu de 350 000 €. Le tout sans toucher aux bases fiscales et en redéfinissant le fonctionnement des services.

Sur ce terrain, vous avez traversé une période sociale très agitée en début de mandat. Qu’en est-il aujourd’hui du climat en interne ?

Il est heureusement apaisé. Nous avons, je crois, réussi à établir un véritable dialogue social avec les personnels et nous avons mis en place un règlement intérieur qui n’existait pas, ce qui était quelque chose de tout à fait anormal. Les choses sont maintenant plus claires et mieux définies et chacun en tire des bénéfices, y compris la population dans les services rendus.

Vous avez parlé plus haut du travail sur l’attractivité de la ville. Quelle a été et quelle est la nature de votre action sur ce sujet ?

L’attractivité, qui vise notamment à attirer et à fixer de nouvelles populations, est un enjeu essentiel. Cela passe par des actions fortes en matière d’urbanisme, pour améliorer l’image de la ville. Grâce à un très bon travail mené avec les services communautaires, nous bénéficions du dispositif national AMI-Centre-bourg, qui va permettre de remodeler en profondeur un périmètre important du centre-ville. Grâce à des finances améliorées, nous avons pu budgéter jusqu’à 5 M€ dans diverses opérations, AMI Centre-Bourg compris.

Nous avons aussi engagé des actions avec l’office HLM, d’abord municipal, puis devenu départemental avec Aveyron Habitat en janvier 2017. Le taux de vacances des HLM de la ville est de 20 %, c’est trop, d’où la nécessité de démolir les logements les plus vétustes et d’en construire de nouveaux, moins nombreux mais plus modernes.

Sur le terrain privé, les choses bougent. Nous avons des investisseurs immobiliers extérieurs à Decazeville qui se manifestent ou se sont déjà manifestés. On sent que dès l’instant où l’on propose des appartements neufs et de qualité, l’offre répond à la demande. Les plus gros projets en cours enregistrent d’ailleurs des avancées intéressantes, que l’on parle de Tourtonde, rue Gambetta, ou de l’ancien Hôtel de France, place Cabrol. Enfin, nous allons continuer à rayer du décor un maximum d’îlots insalubres pour aérer l’univers urbain de la cité, même si, dans ce cadre, il n’existe aucune aide publique.

Interview à lire aujourd’hui dans Centre Presse Aveyron

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité