Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

VIDÉO. Saint-Geniez : un maçon sauve un bébé de la noyade en se jetant dans le Lot !

Arnaud Attinetti, un maçon de 26 ans de Saint-Geniez, a plongé dans le Lot en crue pour récupérer Brayan, âgé de 7 mois, tombé dans la rivière dans sa poussette.

RODEZ /
23 janv. 2018 / 19h23

Publicité

Il n’est pas prêt d’oublier la date du 17 janvier 2018. Ce mercredi-là, voilà tout juste une semaine, Arnaud Attinetti s’est jeté dans le Lot à Saint-Geniez pour un acte de bravoure.

Maçon de 26 ans, le jeune Marmot travaille pour l’entreprise de Laurent Mas. Il est un peu moins de 16 heures quand, affairé avec son patron à percer une ouverture de maison, il entend des cris. « J’ai aperçu une dame complètement affolée qui courait le long du Lot, se souvient précisément l’intéressé. Je me suis dirigé vers elle et j’ai vite compris la raison de son comportement ».

La dame en question avait laissé échapper une poussette qui venait de basculer dans la rivière en crue.

Une seule question a occupé l’esprit du Marmot : « Je me suis inquiété de savoir s’il y avait un bébé à l’intérieur ». Juste le temps d’entendre le début de la réponse de son interlocutrice en panique et Arnaud Attinetti, en tenue de travail, s’est jeté à l’eau.

« Je n’ai pas réfléchi une seule seconde ! C’est comme si je prenais le départ d’une course, je me suis lancé », raconte-t-il. Et de poursuivre : « La poussette est remontée à cinq ou six mètres de la rive et, quand j’ai réussi à l’atteindre, le bébé était en train de sortir du harnais ».

D’interminables minutes

Quelques secondes de plus et... Le jeune maçon, qui habite à deux pas, n’avait pas pied.

Il a dû lutter contre le courant mais également avec les nombreux débris, dont des grosses branches, charriés par la rivière en colère. Sans parler de la température de l’eau et de l’air volontiers qualifiée par le nageur de « frisquette ».

Après quelques (interminables) minutes d’effort, « avec comme seule idée en tête de protéger le bébé », Arnaud Attinetti a réussi à rejoindre la berge.

« J’ai concentré les dernières forces qu’il me restait pour agripper avec ma main gauche les racines d’un arbre et confier le bébé à mon patron qui a prodigué les premiers secours, en attendant l’arrivée rapide des sapeurs-pompiers », détaille le sauveteur, qui n’a pas oublié une seconde de l’intervention. Il a eu maintes occasions de la raconter depuis.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité