Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Rugby, fédérale 2. Millau : vent de fraîcheur, stabilité budgétaire et ambition pour la saison 2017-2018

Début de saison prévu ce dimanche 15 septembre à la maison pour le Som qui reçoit Balma.

MILLAU /
17 sept. 2017 / 09h00

Publicité

Thierry Perez a le sourire en ce début de saison. Le président du Som a supervisé la mise en place du nouvel organigramme avant l’été, tout autant qu’il s’est affairé en coulisses pour attirer de nouveaux joueurs. Une période chargée pour celui qui est aussi élu à la Ligue nationale de rugby (LNR).

Ces évolutions sur le terrain comme en dehors ne sont pas pour lui déplaire. « Ces changements apportent un vent de fraîcheur, observe-t-il. Je sens une envie beaucoup plus forte de travailler en osmose au sein de la nouvelle équipe dirigeante. Je vois de l’enthousiasme. Je pense au travail entrepris par William Galzin à la cellule sponsoring/partenariat. »

« Quelque chose d’intéressant à faire »

« Autant, jusqu’ici je me posais la question de la pertinence de monter en Fédérale 1 économiquement, reprend même l’homme fort du club, autant là, avec de nouvelles personnes, il y a quelque chose d’intéressant à faire. »

Côté sportif, le président espère voir son groupe se construire « dans la victoire », même s’il redoute une mise en place plus périlleuse du fait des bouleversements connu dans l’effectif à l’intersaison. « Ça peut-être compliqué, mais si on veut que ça parte bien, il faut des succès dès le début, affiche Perez, conscient de la difficulté d’être reversé dans une poule aux accents très sudistes. Vous avez de belles équipes, avec des joueurs qui puent le rugby. Aller gagner dans des petits villages qui ne vivent que pour le rugby, c’est toujours très difficile. » La conclusion des partenariats étant souvent liée aux résultats sur le terrain, Thierry Perez espère voir une belle saison de ses hommes. « Qu’ils prennent du plaisir, c’est toujours mieux pour séduire les potentiels partenaires, insiste-t-il. Dans ce secteur-là, on a signé de nouveaux partenariats qui ne nous rapportent pas plus d’argent, mais qui nous en font économiser. Je pense au secteur médical, à des rapprochements avec des instituts sur Millau. On évite certaines dépenses, ce qui nous fait du bien. »

Avec un budget stable compris entre 500 et 600 000 € (dans la moyenne des clubs de F2), le Som a plutôt tendance à compter son argent, sachant qu’un tiers seulement est dévolu à l’équipe une.

« Rapprochements » et « vision globale du club »

« Contrairement à d’autres clubs pour qui l’équipe première représente 50 % du budget, nous, on a une vision globale du club », réaffirme Thierry Perez, dans la droite lignée du “projet club” qu’il défend depuis sa prise de fonctions, en 2014.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité