Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

À Mur-de-Barrez, Uri marie sa bistronomie avec bonhomie

L’auberge du Barrez a fait peau neuve, sur la forme et dans l’assiette en s’orientant vers la bistronomie.

20 juin 2017 / 11h37

Publicité

Écrire que l’auberge du Barrez a pris un coup de jeune est un euphémisme ! Sans offenser le couple Gaudel, leur fille Sophie et son époux Uri ont mis les petits plats dans les grands pour offrir un bain de jouvence à l’établissement tout en préservant une dose de classicisme en mêlant les genres qui en fait son charme. Et d’une pierre deux coups, de vitalité. L’auberge a changé de visage, devenant bistronome non pas en culotte courte mais culottée. Certes on y trouve toujours la tête de veau sauce gribiche, ses escargots et sa cuisse de lapin à la moutarde mais apparaît sous nos yeux « Le Bob du comptoir » à ne pas mettre sur sa tête mais bien en bouche. « Nous avons beaucoup investi pour rénover le restaurant mais aussi la carte pour être au plus près de la demande », résume Uri. Et Sophie de constater avec joie « le retour des locaux ».

Bocuse et falafel

Issu de l’Institut Bocuse à Lyon dont il est sorti major de sa promo, Uri s’amuse à revisiter le passé et innover tout en gardant à l’esprit (gourmand) son lieu de référence et d’expériences comme celui de Bras où il rencontra Sophie. Le chef Uri continue de s’alimenter et nourrir le marché du jeudi de Mur-de-Barrez, « comme un jardin provençal », sourit-il ce jour-là, en cette belle saison, en ayant proposé des spécialités de l’autre bout du bassin Méditerranéen. D’ailleurs (et d’ici aussi), cela se retrouve sur sa table comme ses falafels et tehina de son Israël natal. L’auberge du Barrez s’avère ainsi est une terre promise propice aux multiples saveurs. Sans oublier les desserts de Sophie, titrée championne de France de sa catégorie, qui font évidemment un malheur...

Bref, on s’y sent bien dans cet espace gourmand avec l’envie de prolonger le bon temps. Et cela tombe bien, l’auberge en donne le moyen en faisant aussi hôtel.

Lui, Uri, aime faire rimer artisanal avec convivial, ce n’est donc pas le fruit du hasard si sa bistronomie a aujourd’hui trouvé sa vitesse de croisière. Là où foie gras et ailerons de poulet marinés BBQ (barbecue dans la langue de Molière) se côtoient. Une cuisine qui ouvre autant l’esprit en mêlant les cultures et donc les saveurs qu’elle ouvre l’appétit.

Contact au 05 65 66 00 76.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité