Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

L’église du Sacré-Cœur fermée jusqu’en avril 2018

L’église du Faubourg
est fermée durant une année pour cause de travaux.
Les célébrations sont transférées au sein de la paroisse Notre-Dame
de l’Assomption.

RODEZ /
19 mai 2017 / 10h29

Publicité

L’église du Sacré-Cœur, au Fauboug est fermée depuis Pâques, pour une année. Obsèques, mariages, communions... tout est transféré vers Saint-Amans ou la cathédrale Notre-Dame. Les ouailles doivent patienter une année entière avant de retrouver leur église, flambant neuve. C’est en effet les travaux qui sont à l’origine de cette fermeture. Le crépi, noir par endroits, quand il n’a pas été complètement endommagé par des infiltrations d’eau, sera refait. « Avant de refaire la toiture, il y a quelques années, l’eau est rentrée ici et là », explique Gilbert Delmas, bénévole en charge des affaires économiques au sein de Notre-Dame de l’Assomption. Les peintures historiques ne sont pas en reste puisqu’il faudra aussi en reprendre quelques unes à l’identique.

Un sarcophage pour l’orgue

Les vitraux ont également besoin de rénovation. « Il y a huit vitraux qu’il faut déposer et dont il faut refaire le plomb pour certains et la peinture pour d’autres », ajoute Gilbert Delmas. Pour cela, « l’entreprise qui intervient sur ce chantier va mettre en place un échafaudage de 26 mètres de haut. Il pèse 20 tonnes », précise pour sa part, Jean-François Bouge, bénévole de la paroisse. Pas question de déplacer l’orgue de l’église. Du coup, ce sont des professionnels, dont un facteur d’orgue, qui sont venus à lui. « Il faut absolument éviter que la poussière et l’humidité entrent dans les 1 500 tuyaux. Le cuir de l’orgue a plus de 100 ans. On ne retrouvera pas le même », confie Jean-François Bouge. Des spécialistes ont imaginé un sarcophage immense pour cette protection. Alternant une façade de bois aggloméré, du plastique et une deuxième couche de bois, sur une surface de 300 m² et une hauteur de plus de 10 mètres, ils ont mis l’instrument à l’abri. Trois professionnels s’affairent dans ce sens, depuis une quinzaine de jours.

Chemins de Croix

Les professionnels qui ont remporté les appels d’offres, dont Vermorel, sont aidés par des bénévoles. Une trentaine de la paroisse sont à pied d’œuvre. Avant que les spécialistes n’arrivent et juste après les Rameaux, ils ont fait le vide dans l’église. Quinze statues ont été déposées et mises à l’abri, ainsi que trois lustres géants. Idem pour 14 chemins de Croix ainsi que 96 bancs et 70 chaises. Que ce soit pour les statues du chemin de croix ou pour les autres, il a fallu rassembler toutes les forces des bénévoles pour ranger, dépoussiérer et préserver les beaux objets qui font l’identité de l’église. « Nous avons 700 places assises et tous les bancs n’ont pas la même dimension. On les a étiquetés un par un pour pouvoir les remettre à leurs places », précise Gilbert Delmas. Sur les piliers, les bénévoles ont enlevé les pointes et les clous un par un. « Il faudra reboucher tous les trous avant le ravalement », souligne Jean-François Bouge. L’ensemble des travaux est réalisé sous la maîtrise d’ouvrage de la mairie, propriétaire des lieux. La paroisse étant affectataire. Ce qui signifie qu’elle en a la jouissance sans en avoir la possession des lieux.

400 000

C’est en euros, l’enveloppe budgétaire, hors taxe de ce chantier qui va durer une année. Notre-Dame de l’assomption est ses paroissiens se sont mobilisés pour participer à la fois financièrement et en apportant leur aide bénévolement.

Publicité

iframes

Publicité

LE FIL INFO AVEYRON
iframes
Suivez-nous
SORTIR
LES DOSSIERS
INSOLITE

Publicité