Je m'abonne Je me connecte

Déja inscrit ? Connectez-vous

Fermer
Veuillez patienter ...
Erreur d'identification
Mot de passe oublié?

Urbanisme Les habitudes des piétons passées au crible

Six compteurs à piétons sont positionnés ici et là afin d’étudier et d’orienter le flux piétonnier en centre-ville.

22 janv. 2017 / 16h17

    Publicité

    Faut-il mieux installer ce panneau de signalisation du côté droit de l’avenue ou sur le trottoir d’en face ? Par où passent les piétons souhaitant rallier le musée Soulages depuis le musée Fenaille ? Si j’ouvre un commerce, quelle rue choisir pour m’installer ? Autant de questions qui, jusqu’à récemment, même en étant un fin observateur et connaisseur de la vie ruthénoise, il était plutôt difficile, voire hasardeux, de répondre. Ce n’est en partie plus le cas aujourd’hui grâce à l’installation de compteurs à piétons. Pas plus grand qu’une boîte de chaussures, ces appareils qui sont au nombre de six, ont fait leur apparition en ville depuis maintenant près de 2 ans.

    Intérêt multiple

    C’est Rodez Agglomération dans le cadre du volet Commerce et attractivité du cœur de ville qui en assure la gestion. « Certains de ces compteurs à piétons sont fixes, d’autres sont mobiles et déplacés au gré de nos enquêtes », explique un technicien communautaire. Selon ce même technicien, « l’intérêt de ce genre d’équipement est multiple. Cela permet, par exemple, de savoir comment faire remonter jusqu’aux commerces du centre-ville les spectateurs du Tour de France. Ou encore de placer une signalétique pour qu’elle soit le plus efficace possible en étant vue par le plus grand nombre. »

    Et le technicien de citer un exemple : « L’autre jour, je discutais avec une commerçante rue Béteille. Trouvant que le local qu’elle occupe actuellement est beaucoup trop grand et aussi trop cher pour son activité, elle s’est mise en quête d’un nouvel espace et se renseignait auprès de moi. Je lui ai parlé d’un local qui correspond à ses critères, rue du Bal. Il n’y a pas beaucoup de passages dans cette rue, m’a-t-elle fait remarquer. Et bien, grâce au compteur piétions que nous avons installé dans cette rue il y a quelques semaines, j’ai pu lui dire que 3 000 personnes, en moyenne, ont emprunté cette rue quotidiennement au mois de décembre. Je pense que cela a suffi à la convaincre et qu’elle devrait prochainement ouvrir sa boutique dans cette rue. »

    Analyse

    C’est aussi en installant ces appareils dans les rues piétonnes du centre ancien (rue du Touat et rue Neuve) que l’Agglo a comptabilisé 12 000 piétons le samedi. « C’est pour cela que le loyer d’un pas-de-porte dans ces rues est beaucoup plus cher qu’ailleurs », analyse l’homme.

    « Toutefois, au-delà des chiffres ce qui est intéressant avec ces appareils, c’est de pouvoir analyser directement les répercussions de nos actions en matière d’aménagements urbains », conclut le technicien communautaire.

    Publicité

    iframes

    Publicité

    LE FIL INFO AVEYRON
    iframes
    Suivez-nous
    SORTIR
    LES DOSSIERS
    INSOLITE

    Publicité