Football : les jeunes de Rodez prennent les devants

  • Christophe Couleau, né en 1994, a bien failli trouver l’ouverture samedi soir.
    Christophe Couleau, né en 1994, a bien failli trouver l’ouverture samedi soir. Jean-Louis Bories/Centre Presse
Publié le , mis à jour

Axel Benmohammed et Rémy Boissier titulaires, Christophe Couleau entré en cours de jeu... Tous sont nés en 1994 et ont vécu samedi 20 avril le revers du Raf face à Martigues (1-0). Une jeunesse qui prouve que le club possède un joli terreau de joueurs talentueux.
 

"Jeunesse du prince, source des belles fortunes." Même si Jean de La Bruyère ne pensait pas au Raf en écrivant cela - ce serait un abominable anachronisme que de dire cela -, la jeunesse ruthénoise pourrait devenir source de belles fortunes pour le club. Non pas pécuniaire pour l’instant car il est bien trop tôt pour en parler mais du moins sur le terrain.

"Made in Raf"

Samedi, du fait notamment du grand nombre de suspendus et d’absents (Boutabout, Congio, H. Bobek, Bardy, Coupin...), l’entraîneur Franck Plenecassagne n’a pas hésité à lancer dans le grand bain plusieurs jeunes pousses "made in Raf". Ainsi, sur la feuille de match samedi soir, pas moins de trois noms (Boissier, Benmohammed et Couleau) étaient de l’aventure en Coupe Gambardella qui a vu le Raf être éliminé en 32es de finale face à Saint-Étienne (2-1) le 14 février dernier.

"Je choisis les meilleurs"

Preuve que la formation n’est pas un vain mot au Raf. On notera notamment la première cape d’Axel Benmohammed, né en 1994 (!), aligné d’entrée samedi aux côtés de Bouscarrat sur le front de l’attaque. Et s’il n’a pas trouvé le chemin des filets, tout comme son équipe qui s’est incliné 1-0, il a en revanche fait preuve d’une belle combativité et d’une facilité technique de bon augure. On le sait, quand on est jeune, on ose tout. Enfin, quand la pression ne vous paralyse pas... C’est un peu le revers de la médaille.
Pour le coach ruthénois, il n’y a pas débat : "Je choisis les meilleurs pour jouer. Jeunes ou pas jeunes, je m’en fiche. Axel (Benmohammed, NDLR) a fait une très bonne semaine et il méritait sa place. D’ailleurs ce soir (samedi), je suis satisfait de la prestation des jeunes. Ils ont fait ce que j’attendais d’eux."

Ronny Rodelin, l’exemple

Face à Martigues d’ailleurs, alors que Rodez jouait de malchance et ne parvenait pas à concrétiser sa domination, c’est bel et bien un classard à Benmohammed qui est passé à deux doigts de trouver l’ouverture en la personne de Christophe Couleau. Entré en cours de jeu, l’attaquant a eu la balle d’égalisation sur la ligne des six mètres mais il a vu, alors que le stade commençait à se lever, le portier adverse réalisait un arrêt réflexe crucial. Dommage. L’histoire était si belle.
L’histoire, Rodez peut l’écrire avec ses jeunes. Car, le Raf possède en son fief un terreau de joueurs talentueux. Tous rêvent d’une carrière à la Ronny Rodelin qui a gagné ses galons de titulaire en Ligue 1 avec Lille alors qu’il a fait ses classes dans la préfecture. Bref, la jeunesse est une richesse qu’on ne saurait mesurer. Le Raf la possède. Mais en sport, on sait très bien que la jeunesse peut rapidement s’avérer éphémère...

 

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?