Sévérac-le-Château

Sévérac : ITA Moulding Process relance la machine

  • Freddy Vandenbossche, cogérant : "Cette entreprise peut être rentable. Nous en sommes convaincus."
    Freddy Vandenbossche, cogérant : "Cette entreprise peut être rentable. Nous en sommes convaincus." - Myriam Laffont/Centre Presse
  • 20 % du plateau industriel est occupé : "On attende que d'autres entreprises viennent s'implanter".
    20 % du plateau industriel est occupé : "On attende que d'autres entreprises viennent s'implanter". - PIXROD Myriam Laffont
  • La nouvelle entreprise ITA Moulding Process a demarré jeudi 2 mai avec 25 salariés.
    La nouvelle entreprise ITA Moulding Process a demarré jeudi 2 mai avec 25 salariés. - PIXROD Myriam Laffont
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Moins d’un mois après la liquidation, l’activité a repris jeudi 2 mai sur le site d’ITA-Valmont à Sévérac-le-Château avec la nouvelle unité de production bois et mousse moulés de deux anciens cadres.
 

Le carrousel à injection de mousse est resté immobile jeudi matin, faute de polyols dans les cuves. "Nous sommes en attente d’ouverture de compte de notre fournisseur, BASF", explique Freddy Vandenbossche, codirigeant de la société ITA Moulding Process en ce premier jour de production. La machine, qui a remporté la palme du carrousel le plus grand d’Europe, est prête à retrouver sa cadence, soit 80 pièces par jour et par chevalet, au nombre de 27. "On espère la livraison de polyols la semaine prochaine", ajoute le nouveau cogérant.
Plus loin, dans le local des presses hydrauliques à bois moulés, les machines tournent et l’odeur du bois chauffé emplit l’atelier. Michel, 51 ans dont 32 ans d’ITA-Valmont, est à nouveau en poste. Ce matin, il a été informé officiellement de sa rupture de contrat de travail, après la liquidation du site de production sévéragais Confort & Systèmes, le 9 avril au tribunal de commerce de Meaux. La semaine dernière, la candidature de Michel a été retenue par ITA Moulding Process, au terme de l’audition d’une cinquantaine de candidats pour 25 postes. Comme les autres, Michel a été sélectionné pour ses compétences et ses convictions : "Cette boîte, j’y crois !"

Un atout technologique sur l’échiquier international

 

Les lettres de licenciement sont en effet arrivées hier matin dans les 220 foyers que faisait vivre l’ex ITA-Valmont. Pied de nez, c’est le même jour que la nouvelle société portée par deux anciens cadres d’ITA démarre. Si le faste n’y est pas, - par le jeu des 2x8, une dizaine d’employés s’active dans un espace gigantesque où les traces des précédents combats persistent étrangement -, la détermination et l’assurance à retrouver une place de choix dans la niche du bois et de la mousse moulés l’emporte.
Une quinzaine de sociétés occupe ce terrain en Europe. En associant les structures bois à la mousse moulée, ITA Moulding Process livre à ses clients un produit quasi fini. Un atout technologique que Freddy Vandenbossche et son associé Vincent Nassiet entendent déployer sur le marché du siège, tant au national qu’à l’export. Le Proche-Orient est prospecté, comme les marchés de l’aéronautique et du nautisme.
Dans l’immédiat, sur les bons de commande, figurent les contrats de rénovation des sièges de Gaumont, Pathé et UGC ainsi que les 1 500 places du futur complexe cinématographique de Rodez.
L’offre de reprise d’activité partielle des deux associés intègre aussi un atelier de découpe bois, soit deux emplois à terme et à la clé. "Ce n’est pas le cœur de notre métier mais cela fait partie d’une intégration verticale de la production à venir", extrapole Freddy Vandenbossche, confiant : "Gérée en PME, c’est-à-dire en bon père de famille, cette entreprise peut être rentable. Nous en sommes convaincus."

À lire aussi
Réagir