Pierre Soulages visite "son" musée à Rodez

  • Sur le chantier, c'est Pierre Soulages la vedette... plus que le musée.
    Sur le chantier, c'est Pierre Soulages la vedette... plus que le musée. Salima Ouirni/Centre Presse
Publié le , mis à jour

L’artiste est venu s’enquérir de l’avancement des travaux de son musée qui ouvrira en avant-première pour les Grands Ruthénois. Mais lundi 6 mai, la star, c’était incontestablement lui.
 

À un an de l’inauguration du musée Pierre Soulages, l’inventeur et le maître de l’outrenoir était en visite hier sur son chantier et dans sa ville natale. Une visite programmée pour les médias nationaux, dont notamment TF1 et le magazine Paris Match.
"Ce n’est pas un people mais une véritable star. Il est le dernier de cette génération qui a vu les plus grands artistes de notre époque", s’enthousiasme Benoît Decron, le conservateur du futur musée.
Et cette star était à l’aise autant durant une conférence de presse improvisée au milieu du chantier que devant les caméras de la première chaîne nationale. Pierre Soulages, malgré son âge (94 ans), s’est volontiers plié aux désirs des journalistes de TF1 qui après la visite de son musée l’ont "embarqué" pour tourner des images dans les rues de Rodez. Lui-même ayant suggéré "les hauteurs de Sébazac qui évoquent les causses et le Nord Aveyron, là où j’ai connu mes premières émotions picturales. Rodez est important, mais l’Aubrac et les causses le sont plus, pour moi".

"Conforme à ce qui était convenu"

Là où justement les politiques locaux présents (Christian Teyssèdre, maire de Rodez, Ludovic Mouly, président de l’Agglomération et Fabrice Geniez, vice-président communautaire chargé de la culture) auraient voulu que Pierre Soulages mette Rodez et l’Agglo au centre de son discours. Mais le maître avait à cœur de rappeler Conques et ce parcours initiatique qui l’a marqué à jamais.
Dans l’ombre du maître du noir, les élus semblaient ravis de le savoir "content" de sa visite. "C’est parfaitement conforme à ce qu’il a été convenu et à ce que la Ville a souhaité faire de ce musée qui reste le sien", a insisté le peintre, qui n’entend pas s’impliquer dans la programmation du musée. "C’est Benoît Decron, un homme formidable, qui le fera", ajoute l’artiste.
Le calendrier reste également conforme. Tout comme l’acier Corten dont Pierre Soulages est satisfait car "en accord avec le grès de la cathédrale". Satisfait également que ce soit Michel Bras, qu’il connaît bien, qui ait remporté l’appel d’offres pour le restaurant du musée.
Lequel a fait le déplacement dans la matinée pour la visite du chantier de son futur restaurant. Mais malgré la satisfaction dont fait preuve Pierre Soulages pour "son" musée, il ne fera pas de troisième donation, du moins pour l’instant.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?