Malaise à Emmaüs-Rodez avec l’exclusion de compagnons

  • Malaise à Emmaüs-Rodez avec l’exclusion de compagnons
    Malaise à Emmaüs-Rodez avec l’exclusion de compagnons
Publié le , mis à jour

Deux responsables nationaux de l’association se sont rendus récemment à Rodez pour rencontrer des compagnons se plaignant du manque de considération et dénonçant des dysfonctionnements.

"Ce sont encore ceux qui ont du mal à s’en sortir qui trinque" confie un bénévole d’Emmaüs à Rodez souhaitant garder l’anonymat. Un sentiment amer causé par la venue de deux représentants nationaux de l’association humanitaire venus récemment sur le piton à la rencontre des compagnons qui, au final, a abouti à leur éviction en leur conseillant de faire leurs bagages…"Rodez c’est le champion de France du turnover! Toutes les semaines de compagnons s’en vont", confie l’un de ses compagnons qui dénonce "l’absence d’informations et de considération avec des compagnons maltraités par le responsable local". Un malaise remonté donc jusqu’au siège de la fondation de l’abbé Pierre à Paris par le conseil d’administration, alerté alors par les compagnons.

En Aveyron, les compagnons "ça défile !" 

Pour un membre du conseil d’administration sous couvert aussi d’anonymat, "la situation est délicate", admet "le malaise", et constate aussi qu’en Aveyron "les compagnons ça défile. Le plus vieux est là depuis un an alors qu’autrefois un compagnon restait dix ans, même plus. Il y a beaucoup de tensions".

Mais le conseil d’administration n’a aucun pouvoir en la matière. "C’est difficile de louvoyer. Les responsables de Paris ont vu qu’il y a des problèmes. Je regrette cette situation". Désarmé, il reconnaît aussi "une dissidence à Villefranche" dont l’antenne est dirigée de Rodez.

"Un climat très malsain" Un itinérant de l’association, qui connaît depuis 1989 le responsable mis en cause par les compagnons à Rodez, définit ce dernier comme "un tyran". Et de poursuivre: "Il n’a pas sa place dans ce type de structure mais il fait le jeu de pas mal de personnes. C’est un climat très malsain avec des histoires d’alcool, de querelle de personnes, pas forcément pour des intérêts d’argent mais de notoriété".

Opacité et dérives

Le départ des cinq compagnons ne risque pas de ramener la sérénité au sein de l’association. "On ne remet rien en cause puisqu’on demande aux compagnons de partir. Je suis écœuré", lâche cet itinérant. D’autant, précise-t-il, que "le patron des responsables à Paris n’est pas celui qui est venu assister à la réunion à Rodez. On a fait venir deux autres personnes qui vont pondre un rapport mais ne pourront pas sanctionner le responsable puisqu’il n’y a pas de lien hiérarchique" . De l’opacité d’une gestion à la dérive d’une méthode "comme l’utilisation cet hiver de la camionnette Emmaüs à titre privé", accuse l’un des compagnons, la fondation de l’abbé Pierre semble être prise dans un imbroglio qui laisse des traces en Aveyron par le départ de ces compagnons et écorne l’image de l’association humanitaire à vocation caritative.

Olivier Courtil
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

80000 €

Bourran, un logement de type1 bis situé en sixième et dernier étage avec as[...]

251 €

SECTEUR IUT : Venez découvrir ce studio semi-meublé de 21 M2, situé da[...]

340 €

Joli T1 de 30.10 m2 avec balcon composé: d'une entrée avec placard un salon[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?