Rugby XV

Rugby, Rodez : Anthony Poujol souhaite "reprendre du plaisir"

  • Anthony Poujol, laissé libre par Albi (Pro D2), souhaite "rebondir" à Rodez.
    Anthony Poujol, laissé libre par Albi (Pro D2), souhaite "rebondir" à Rodez. Jean-Louis Bories/CP / Jean-Louis Bories/CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Arrivé d’Albi à l’intersaison, Anthony Poujol nourrit de grandes ambitions pour lui et Rodez. Dimanche face à Montauban à Paul-Lignon (15 heures), il pourrait faire ses débuts en tant que titulaire au poste de N.9.

Abordez-vous la réception de Montauban sans pression comme le déplacement à Limoges (défaite 29-22) ?
Il y a toujours un peu de pression surtout là puisque nous allons jouer pour la première fois à la maison. On veut bien faire devant notre public. Même si on sait que Montauban est une si ce n’est la meilleure des équipes de Fédérale 1, on va tout faire pour gagner. On ne va pas jouer pour perdre ou pour prendre un point de bonus défensif comme on a pu l’entendre.

Comment déstabiliser l’armada montalbanaise ?
Je pense que si on les tient devant, on pourra s’exprimer derrière et les gêner. Et on a vu lors du match amical (défaite 20-10 à Paul-Lignon le 16 août dernier, NDLR) qu’il n’était pas impossible de les contrer devant. Surtout qu’on s’est rassuré dans ce secteur à Limoges.

Comment vous sentez-vous depuis votre arrivée à Rodez ?
Très bien. On m’a bien intégré, je m’entends bien avec tout le monde… Je suis très heureux. Maintenant, c’est à moi de tout faire pour jouer. J’étais remplaçant à Limoges. On verra ce week-end. Mais il faut que je fasse de mon mieux pour être titulaire.

Vous étiez ailier les saisons précédentes à Albi. Ici, vous allez jouer demi de mêlée. Est-ce une raison de votre venue ?
Je suis ailier de formation mais jouer N.9 me plaît beaucoup. Il n’y a pas de souci, je joue les deux postes sans problème. Après, il faut que je retrouve tous les automatismes d’un demi de mêlée. Il faut que je m’y remette un peu.

Pour quelles raisons êtes-vous parti d’Albi (Pro D2) où vous aviez gagné vos galons de titulaire depuis plusieurs saisons ?
Tout simplement car le club ne m’a pas conservé. Ma dernière saison ne s’est pas très bien passée. J’ai été blessé, j’ai eu du mal à revenir et je n’avais pas les cartes en mains. Albi avait déjà trois ailiers sous contrat alors voilà…

Pourquoi avez-vous choisi de rejoindre Rodez ?
J’avais pas mal de propositions en niveau fédéral. Je connaissais des joueurs à Rodez dont certains qui sont des amis d’enfance. Ils m’ont vanté le club. Puis, j’ai adhéré au discours de l’entraîneur Patrick Furet. Jouer demi de mêlée m’a plu également.

Il semble qu’il soit de plus en plus difficile pour les joueurs français d’évoluer et surtout de perdurer au niveau professionnel…
C’est clair ! Il y a un paquet de mecs qui sont laissés au bord de la route. À mon poste par exemple (ailier), la mode est aux Fidjiens. Et même si je suis sûr que de jeunes français sont meilleurs, on préférera prendre un Fidjien. C’est comme ça. Dans quelques années, le Top 14 sera exclusivement réservé aux étrangers, la Pro D2 ce sera du 70-30%… La Fédérale 1 sera alors une division extrêmement relevée.

Sur le premier match à Limoges, quelles différences avez-vous vu entre la Pro D2 et la Fédérale 1 ?
Ça va moins vite tout de même. Après, au niveau des impacts, je n’ai pas vu de grandes différences. On verra davantage ce week-end face à une formation qui vise la Pro D2. Je pense que les meilleurs clubs de Fédérale 1 sont du niveau de ceux du bas de tableau de Pro D2.

Quelles sont vos ambitions personnelles et collectives pour cette saison ?
J’espère jouer le maximum possible pour pouvoir rebondir. Mais j’ai surtout envie de reprendre du plaisir car je viens de passer une année avec le moral dans les chaussettes. J’ai envie de faire une très bonne saison.

Pensez-vous que Rodez a les moyens de se mêler à la course aux quatre premières places synonymes de phases finales ?
Oui je suis persuadé qu’on peut finir dans les quatre premiers. Pourquoi pas derrière Montauban d’ailleurs ?
 

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
Réagir