Le musée Soulages de Rodez séduit à Paris

  • Dans les salons de l'Aveyron à Paris, invités par Gérard Paloc, Benoît Decron, Christian Teyssèdre, Michel Bras et Stéphane Mazars en "VRP" de luxe pour le musée Soulages, devant un public déjà convaincu de la qualité du projet.
    Dans les salons de l'Aveyron à Paris, invités par Gérard Paloc, Benoît Decron, Christian Teyssèdre, Michel Bras et Stéphane Mazars en "VRP" de luxe pour le musée Soulages, devant un public déjà convaincu de la qualité du projet. Lola Cros/Centre Presse
Publié le , mis à jour

Près de 500 Aveyronnais de Paris ont assisté à la conférence donnée par le conservateur du musée Soulages, Benoît Decron, samedi soir. La soirée organisée par la Fédération nationale des amicales aveyronnaises (FNA12) a fait salle comble.

Ils étaient près de 500 Aveyronnais de Paris et amateurs d’art à avoir réservé leur soirée dans les Salons de l’Aveyron, rue de l’Aubrac. Autant "d'ambassadeurs pour le projet", comme aime à le dire Christian Teyssèdre, maire de Rodez et président du Grand Rodez, qui ont assisté à la conférence de Benoît Decron, conservateur du musée Soulages à Rodez. 

Initialement prévus, Pierre et Colette Soulages n'ont pas pu participer à la soirée, "retenus à Sète par un souci de santé sans gravité" a précisé Gérard Paloc, président de la FNA12.

Soutien des Aveyronnais de Paris

"Rodez rassemble deux immenses artistes de renommée internationale sous le même toit. Nous nous devions de rendre hommage à ce projet, d’apporter notre soutien et de partager avec vous, amoureux du pays", lançait Gérard Paloc pour commencer la soirée. Entre photos et anecdotes, Benoît Decron a su fasciner son auditoire. Après avoir détaillé toute la diversité des œuvres de la donation de l’artiste, le conservateur a mis sa casquette de guide le temps d’une visite virtuelle du chantier. Pour le plus grand plaisir des Parisiens, Benoît Decron a laissé échapper quelques mots sur des expositions temporaires à venir. Longtemps applaudi, il a également été copieusement félicité pour sa passion dévorante et contagieuse.

Rénovation urbaine

Christian Teyssèdre a tenu à rappeler les enjeux économiques pour Rodez et le département d’une telle réalisation: "Ce musée est devenu en 10 ans le projet central de la ville de Rodez. Il s’inscrit parfaitement dans un projet global de rénovation urbaine". Et d’ajouter trois niveaux d’ambition: susciter l’intérêt des Ruthénois et des Aveyronnais, parvenir à optimiser le label "Musée de France" d’ores et déjà obtenu, mais également se tourner vers l’international dans la perspective d’une candidature au patrimoine mondial de l’Unesco. Avant de conclure: "Ce musée sera un lieu de mémoire et d’enseignement" face à un public parisien, à première vue, très réceptif. L’association des Amis du Musée, forte de ses 300 membres, est également venue à la conquête de ces Aveyronnais de Paris. 

Le mot de la "faim" appartient à Michel Bras qui a exprimé non sans humour, sa perception du projet comme "un lieu, un accueil, une cuisine" et le tout à l’image de l’Aveyron, "ce paradis".

Lola Cros
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

450 €

Rodez - rue de la Penderie, T2 de 39m² situé au 2ème étage avec ascenseur [...]

500000 €

OPPORTUNITE A SAISIR ! Situé sur la commune de Rodez, Bel Air, bâtiment pr[...]

490 €

Appartement de type 2, de 58 m2, en rez de chaussée sur élevé sur la rue Sé[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?