Téléthon : l'édition 2013 sur les rails en Aveyron

  • Les bénévoles et responsables aveyronnais de l’AFM-Téléthon ont accueilli Isabelle Besson-Faure (au centre) du Généthon Bioprod  lors de la convention départementale du lancement du Téléthon 2013.
    Les bénévoles et responsables aveyronnais de l’AFM-Téléthon ont accueilli Isabelle Besson-Faure (au centre) du Généthon Bioprod lors de la convention départementale du lancement du Téléthon 2013. Xavier Rousseau/Centre Presse / Xavier Rousseau/Centre Presse
Publié le / Mis à jour le S'abonner

Parrainée par Patrick Bruel et placée sous le signe du "Combat des parents et la vie des enfants", les 30 heures de l’édition 2013 du Téléthon se dérouleront vendredi 6 et samedi 7 décembre.

Michel Allot, coordinateur aveyronnais de l’AFM-Téléthon présidait lundi soir, aux côtés de Jean-Claude Luche, la convention départementale du lancement du Téléthon 2013 à l’amphithéâtre des Archives départementales à Rodez, "2013, sera pour nous une année très profonde et très propice dans la lutte contre les maladies génétiques".

Un labo pharmaceutique

À la base de cet optimisme, deux bonnes nouvelles qui sont venues récompenser le travail des chercheurs et l’investissement des bénévoles depuis des années. La première est la mise en service du laboratoire pharmaceutique Généthon Bioprod, installée sur 5 000 m2 à Évry (Essonne).
"Le projet programmé en 2006 est aujourd'hui terminé et le laboratoire a reçu l’agrément pharmaceutique", explique Michel Allot. "Grâce à la loi de mars 2011, c’est la première fois qu’une association à but non lucratif obtient un tel agrément de la part de l’Association nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cela va nous permettre de maîtriser les coûts dans la production de gènes médicaments pour les essais sur l’homme, puis la fabrication industrielle de traitements pour les hôpitaux", confirme Isabelle Besson-Faure, responsable de l’administration des projets scientifiques du laboratoire, et invitée lundi soir de la convention départementale à Rodez.

Manque d'animations dans les cantons

La seconde bonne nouvelle découle de la première. Le fond d’amorçage dédié aux biothérapies innovantes a été créé et doté de 50 M€, dont 30 apportés par l’AFM-Téléthon et 20 par les pouvoirs publics au travers de la Banque publique d’investissement (BPI).

Un coup de pouce pour la recherche qui satisfait bien sûr  Michel Allot, qui, s’il se félicite de l’excellente mobilisation aveyronnaise -"Nous récoltons chaque année entre 600 et 700 000 euros" (606 449 euros en 2012)-, fait remarquer que le potentiel de dons pourrait être de 100 000 € en plus, si "l’ensemble des 46 cantons aveyronnais étaient animés". "C’est regrettable qui ce ne soit pas le cas", déplore-t-il.

Xavier Rousseau
Voir les commentaires
Réagir