JJV, le street-artiste réinvente la ville

  • JJV a arpenté et quadrillé une nouvelle fois Rodez, ponctuant la ville d’une vingtaine de visions fugaces et de spots artistiques.
    JJV a arpenté et quadrillé une nouvelle fois Rodez, ponctuant la ville d’une vingtaine de visions fugaces et de spots artistiques. Myriam Laffont
  • JJV, le street-artiste réinvente la ville
    JJV, le street-artiste réinvente la ville Myriam Laffont
  • JJV, le street-artiste réinvente la ville JJV, le street-artiste réinvente la ville
    JJV, le street-artiste réinvente la ville Myriam Laffont
  • JJV, le street-artiste réinvente la ville
    JJV, le street-artiste réinvente la ville Myriam Laffont
  • JJV, le street-artiste réinvente la ville JJV, le street-artiste réinvente la ville
    JJV, le street-artiste réinvente la ville Myriam Laffont
  • JJV, le street-artiste réinvente la ville JJV, le street-artiste réinvente la ville
    JJV, le street-artiste réinvente la ville Myriam Laffont
Publié le , mis à jour

Rencontre. Lors de raids nocturnes, l'artiste JJV dissémine et colle ses œuvres peintes à même la peau de la ville. Un acte réfléchi pour que l’artiste reprenne sa place.

À l’angle des rues du Touat et du Bosc à Rodez, sur la devanture vitrée d’un local ruthénois déserté, deux vigies peintes et collées se démarquent du flot d’affiches scotchées. Le jus de peinture a dégouliné sur le papier kraft, les traits, dédoublés, déjouent la réalité de surface. Recto, rue du Bosc, on voit un portrait (qui s’avérera être un autoportrait); verso, rue du Touat, un étrange corps atomisé et démultiplié. En place depuis plus d’un mois, ces deux papiers peints collés échappent à la dure loi du turnover en usage sur la peau des villes.

Pièces uniques 

Ces deux pièces uniques font partie intégrante de la démarche artistique du peintre JJV, pour qui le street-art, ici, transversal est "une récréation, une respiration hors de l’atelier, un partage, une communication et surtout, une façon de se remettre dans la cité, de vivre différemment la ville". La semaine dernière, JJV a arpenté et quadrillé une nouvelle fois Rodez, ponctuant la ville d’une vingtaine de visions fugaces et de spots artistiques.

Géolocalisation sur la toile

JJV a grandi à Rodez, a continuer de grandir à Toulouse, et encore un peu plus à Sète, où le quadra vient de poser ses pinceaux. Lors de ses poussées de croissance, l’artiste, -maudit, persona non grata dans le circuit officiel des beaux-arts-, s’est dépouillé de quelques démons. Douloureux et salvateur.

JJV a gagné en sérénité et en clarté, tant dans le discours, critique et épuré que dans l’œuvre, construite et percutante. Loin des siens, à Sète, le peintre s’enchaîne à son atelier. Il a bossé dur et peut se payer le luxe de s’adonner à sa seule obsession: la peinture et la quête "d’une image exacte", mais "pas une image juste, mais juste une image", la définition empruntée à Godard, un de ses maîtres à penser et agir. Au printemps dernier, la nécessité de sortir de l’atelier rattrape JJV. C’est le début d’un street-art très productif à Sète.

Passage à l'acte

Les spots sont d’ailleurs géolocalisés dans Google maps (mot-clé: JJV) et font l’objet de circuits dans les vernissages des expositions. Régulières, les sorties collage s’apparentent à une cérémonie, assortie d’un recueillement avant le passage à l’acte, nécessairement rapide et nerveux. Non pas que l’acte soit répréhensible, mais l’urgence de poser, coller, laisser derrière soi fait partie du jeu.

JJV prépare et cuit la veille sa colle, (100% naturelle, farine et sucre, "que tu décolles avec un seau d’eau chaude"), fait ses repérages, s’assure de ne pas nuire (aux paysages et aux riverains) et dissémine ses papiers peints la nuit venue, silhouette inoffensive traînant une banale poussette de marché rouge. Dans le cabas du peintre nourri au Bacon, Deleuze, Godard ou Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle), des rêves de transparence et de présences furtives offerts aux rétines d’un monde qui passe et s’agite.

Myriam Laffont
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

285 €

Appartement situé au 3ème étage L'appartement est composé : - D'un hall d[...]

575 €

Centre ville de RODEZ proche de toutes commodités (commerces, bus, écoles),[...]

284 €

Vous êtes à la recherche d'un petit pied-à-terre sur RODEZ, ou bien vous êt[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?