Assises : le procès de Marc Féral, accusé d’assassinat, fixé au 13 janvier

  • Marc Féral est incarcéré à Druelle depuis le mois de juillet.
    Marc Féral est incarcéré à Druelle depuis le mois de juillet. Archives JAT
Publié le

Justice. La prochaine session de la cour d’assises de l’Aveyron se tiendra au palais de justice de Rodez, durant la seconde quinzaine du mois de janvier. Trois affaires seront jugées, dont celle impliquant Marc Féral, accusé d'assassinat. 

La prochaine session de la cour d’assises de l’Aveyron se tiendra au palais de justice de Rodez, durant la seconde quinzaine du mois de janvier. À cette occasion, trois affaires seront jugées; deux d’entre elles ont d’ailleurs largement défrayé la chronique au moment des faits.

Marc Féral entendu du 13 au 17 janvier

Dans un premier temps, du 13 au 17 janvier, Marc Féral, âgé de 55 ans et actuellement en détention à la maison d’arrêt de Druelle dans l’attente de son procès, sera jugé pour meurtre. L’ancien patron de la discothèque baraquevilloise Le Rétro, est accusé d’avoir assassiné Jean- Paul Chardenoux, à Espalion, le 18 août 2010. Il l’aurait abattu d’un coup de fusil avant de retourner son arme contre lui, se blessant grièvement à l’épaule. Il encourt une peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Un mort, rue de Bonald

Puis, du 20 au 24 janvier, la cour se penchera sur deux autres dossiers. Outre une affaire de viol sur mineur qui la mobilisera pendant deux jours, les magistrats et jurés consacreront trois journées au procès de deux Ruthénois. Âgés de 28 et 43 ans, ils sont accusés d’avoir tué, à Rodez, un autre habitant du chef-lieu du département, dans un immeuble de la rue de Bonald, dans la soirée du 6 avril 2012. Une soirée au cours de laquelle d’importantes quantités d’alcool auraient été consommées. Une bagarre aurait alors éclaté dans un appartement, et la victime, Marc Salacroux, âgé de 51ans au moment des faits, aurait péri sous les coups qu’elle a reçus. Les coaccusés, poursuivis pour violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner, risquent jusqu’à 15 ans de réclusion.

Charles Leduc
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?