Faits divers

Comprégnac: des caméras contre le vol de truffes?

  • Dérobées, les truffes seraient vendues sur internet selon le président des trufficulteurs de l'Aveyron.
    Dérobées, les truffes seraient vendues sur internet selon le président des trufficulteurs de l'Aveyron. Google/francetvinfo / Google/francetvinfo
Publié le / Modifié le S'abonner

Faits divers. Le président des trufficulteurs de l'Aveyron a été la cible d'un vol il y a quelques jours. Il a porté plainte et s'interroge sur la nécessité d'installer des caméras pour prévenir ces faits qui ont tendance à se multiplier.

Fréquents ces dernières années en Lozère, les vols de truffes n’épargnent plus notre département. Il y a quelques jours, le président du syndicat des trufficulteurs de l’Aveyron, Jean-Marie Rivière, en a fait l’amère expérience sur ses terres situées au-dessus du village de Peyre, où "environ 800 grammes, peut-être même un kilo" de truffes noires ont été dérobées en pleine nuit aux pieds de ses nombreux chênes verts et noisetiers.

Pour lui, pas de doute, l’aigrefin a agi nuitamment, avec l’aide d’un chien. "Quand je suis arrivé ce matin-là sur mon terrain, raconte-t-il, j’ai vu que la terre avait été retournée et grattée à plusieurs endroits. J’ai ensuite trouvé des trous partout, et des traces de genoux au sol. Mon chien a également aussitôt senti qu’un autre chien était passé par là. C’est quelque chose que les animaux repèrent très vite".

Des caméras pour freiner les voleurs ?

Surpris qu’à moitié, le trufficulteur sud-aveyronnais a alerté les gendarmes qui se sont rendus sur les lieux. Il a également porté plainte, manière de marquer le coup.

"À cette période de l’année, les truffes sont encore un tout petit peu immatures. Ce que je veux dire, c’est que ce ne sont pas celles-là que j’aurais mises en vente lors de la prochaine fête de la truffe à Comprégnac (NDLR, prévue le 22 décembre). Mais quand même, il en faut en parler, ce type de délits se multiplie. Bien souvent, poursuit-il avec colère, les auteurs sont des gens qui n’ont pas un mètre carré de terrain à eux. Ils dérobent les truffes puis les revendent aussitôt sur internet".

Déjà victime d’un vol l’an passé sur son terrain privé, Jean-Marie Rivière tirait hier soir la sonnette d’alarme au nom du syndicat départemental des trufficulteurs qui compte 175 adhérents dans ses rangs.

"La solution, je pense, même si ça nous coûte cher, c’est d’installer des caméras de surveillance sur nos terres. Ils ont commencé à le faire en Lozère. Vu la situation, je crois qu’il va falloir faire pareil", prévient l’agriculteur sud-aveyronnais.

JB/Midi Libre
Voir les commentaires
Réagir