Escrime : Rodez repart en campagne ce week-end

  • L’équipe médaillée de bronze en 2013 et championne de France en 2012, avec José-Luis Abajo (de dos à gauche) qui n’est, aujourd’hui, plus au club.
    L’équipe médaillée de bronze en 2013 et championne de France en 2012, avec José-Luis Abajo (de dos à gauche) qui n’est, aujourd’hui, plus au club. Archives Centre Presse/AA
Publié le , mis à jour

Épée. Début ce week-end des championnats de France par équipes à Limoges où trois formations du club de Rodez sont engagées. La formule de la compétition a été remaniée et l’effectif de l’Era rajeuni. Deux états de fait qui poussent les Aveyronnais à une certaine révision à la baisse de leurs objectifs sportifs, sans pour autant manquer d’ambition.

"C’est clair, cette année, jouer le titre sera beaucoup plus compliqué." Bruno Gares, l’entraîneur de l’escrime Rodez Aveyron, était jusque-là habitué à se battre pour décrocher le titre de champion de France par équipes (Rodez l’a remporté en 2012 et terminé 3e en 2013).

Pour 2014, dont la campagne s’ouvre ce week-end à Limoges, cela s’annonce moins réjouissant. Même si l’ambition reste là; dans une formation qui compte toujours un multimédaillé olympique (Fabrice Jeannet) et la pépite de l’escrime tricolore, Daniel Jérent. Mais cela sera-t-il suffisant pour écarter de son passage des grosses écuries telles que Levallois ou Saint-Gratien?

Les jeunes au pouvoir

"Le problème, c’est que vu que nous sommes limités au niveau financier, on a été obligés de se débarrasser de pas mal de tireurs", souligne le maître d’armes ruthénois. Exit, du coup, de l’équipe fanion l’Espagnol José-Luis Abajo, pourtant en bronze en 2008 au JO de Pékin. Pire, celui que l’Era pensait recruter en septembre pour remplacer l’Ibère, l’Italien Gabriele Bino, devrait ne pas signer. Ou du moins, pas tout de suite. "On attend de voir si on fait appel à lui ou pas. On verra en juin (finale du championnat de France)."

Du coup, le club du président Jean-Michel Goubert accentue sa politique sportive qui veut donner la chance aux jeunes. Mathias Biabiany, encore junior mais qui est en train d’exploser au niveau national et international, a ainsi pris du galon. Il fait donc partie des quatre mousquetaires de l’équipe "une". Avec Daniel Jérent, Fabrice Jeannet et Jonathan Bonnaire.

Les féminines à l'assaut de l'élite nationale

Rajeunissement également pour les féminines du club, elles aussi en piste ce week-end à Limoges, mais en 2e division. Toutes sont juniors, mais combattront face à des seniors. Avec, pourtant comme objectif "largement réalisable" d’accéder à la N1, l’élite nationale. Pour cela, il faudra que Coraline Vitalis, Tifaine Pierre, Amélie Awong, Alexandra Louis-Marie et Ingrid Ursulet terminent dans les quatre meilleures équipes (sur 16).

Objectif : défendre leur médaille de bronze

Pour ce qui est des objectifs chez les hommes, défendre leur médaille de bronze semble jouable à entendre Bruno Gares. Viser plus haut est évidemment tentant mais "compliqué" à cause des arguments évoqués plus haut mais aussi eu égard à la refonte totale de la formule du championnat.

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?