Pierre Soulages : "Rodez fait une affaire"

  • A Rodez, Pierre Soulages, "admiratif" de l’avancement des travaux du musée.
    A Rodez, Pierre Soulages, "admiratif" de l’avancement des travaux du musée. Charles Leduc
Publié le

Interview. En visite hier sur le chantier de «son» musée, Pierre Soulages s’est dit agréablement surpris par la tournure des travaux. Le peintre de l'abstraction juge aussi que "Rodez a fait une affaire" au regard du prix de vente de ses derniers tableaux et espère que sa notoriété rejaillira sur le piton.

En visite hier sur le chantier de «son» musée, Pierre Soulages s’est dit agréablement surpris par la tournure des travaux. Le peintre de l'abstraction juge aussi que "Rodez a fait une affaire" au regard du prix de vente de ses derniers tableaux et espère que sa notoriété rejaillira sur le piton.

Vous venez d’effectuer une visite du musée qui porte votre nom. Entre le projet initial auquel vous avez été associé et le résultat que vous avez découvert hier, ce musée correspond-il à vos attentes et à vos exigences ? Je dois dire que je suis agréablement surpris. C’est supérieur à ce que j’aurais pu imaginer. Je suis étonné par la technicité et la qualité des travaux. Je ne m’attendais pas, par exemple, à une telle qualité des réserves. Un musée sans de bonnes réserves n’en est pas un. Dans ce musée, il ne s’agit pas que de mes peintures. Dans la salle d’exposition temporaire, sur 500 m2, les peintures provenant des musées européens doivent être reçues dans de bonnes conditions. Il faut donc des réserves suffisamment grandes et respectant les conditions d’hydrométrie pour les recevoir. Je dois dire que je suis encore sous le coup de l’admiration...

Dans le processus de la conception de «votre» musée qui a duré plus de 10 ans, à quel moment avez-vous cédé à l’ancien maire Marc Censi pour cette réalisation ? Et pourquoi, in fine, avoir choisi votre ville natale et pas une autre Je dois reconnaître que les événements se sont enchaînés. Marc Censi était très habile et m’a convaincu, au début, de donner à la ville mes travaux de jeunesse. Ensuite, il m’a demandé de lui donner les cartons de mes travaux sur les vitraux de Conques. D’ailleurs ici, vous ne trouverez pas les originaux. Ils sont à Conques. Les choses se sont faites ainsi. Au début, j’ai refusé qu’un musée porte mon nom, comme je l’ai refusé au maire de Montpellier quand il me l’a proposé. À Rodez, j’ai dit oui, à condition qu’il y ait une grande salle réservée à d’autres artistes que moi.

Le Grand Rodez et l’Aveyron attendent beaucoup du musée consacré à vos œuvres. Certains élus de l’Agglo n’hésitent pas à déclarer qu’il “propulsera Rodez sur la scène internationale”. Qu’en pensez-vous Oui, c’est dans l’ordre naturel des choses. Moi, je n’ai pas une situation nationale. Je suis un artiste international. En tant que peintre français, je ne suis pas grand-chose. En tant que peintre international, je suis le seul Français. Tenez, au musée de l’Ermitage (Saint-Pétersbourg), le plus grand musée du monde, il y a un seul artiste vivant exposé en ce moment, et bien c’est moi. Un autre exemple, prenez l’échange des œuvres entre la Chine et la France. L’échange créé par DeGaulle célèbre aujourd’hui ses 50 ans d’existence. Depuis Delacroix, Ingres, Courbet, il y a les modernes, parmi eux Fernand Léger... et moi, qui suis le seul vivant. Prenez aussi le bouquin de Fabius, sur l’art moderne, Les dix artistes qui ont fait la France, le dixième, c’est moi !

Donc, les élus ont raison de penser que votre notoriété va projeter Rodez au niveau international ? Oui, on verra bien. Mais Conques a bien vu ses visiteurs augmenter d’une façon très importante depuis mon travail sur les vitraux. Moi, je connais des gens qui ne connaissaient même pas Conques et qui sont venus de Suisse pour les voir.

Vous avez une assise internationale incontestable. Pour autant, pensez-vous que les Aveyronnais vous connaissent ? Franchement, je n’en sais rien. Je n’ai jamais rien cherché. Tout ça m’est arrivé comme ça. Je n’ai jamais forcé. J’ai la chance d’avoir été connu très jeune. Il y en a qui me connaissent depuis 70 ans maintenant. Peut-être pour de mauvaises raisons, parce que je ne peins qu’avec du noir... et de la lumière.

Pourquoi n’y aura-t-il qu’un seul Outrenoir au musée de Rodez? Ce sont pourtant celles de vos œuvres qui sont les plus connues... Les choses se sont faites comme ça. Nous avons fait une donation qui comprend de nombreuses œuvres et qui a été évaluée. Regardez l’évaluation de l’époque et le prix de l’évaluation maintenant...

D’après le site Artprice, le prix de vos œuvres a  progressé de 408% en 10 ans. Une peinture qui s’achetait 60 000 € en 1999 se vend aujourd’hui largement au-dessus du million d’euros, voire bien plus. Que vous inspirent ces montants ? La ville de Rodez a fait une affaire! Mais moi, personnellement cela ne m’affecte pas. J’ai honte de parler d’argent, mais on m’en parle. Moi, ce que je demande c’est de l’argent pour vivre, m’acheter de la peinture, de l’espace pour créer et avoir la paix.

Participerez-vous à la muséographie du musée Soulages ? Nous pensons savoir que vous allez être présent pour l’accrochage de vos œuvres... Avec Benoît Decron et son équipe, j’ai ici des personnes en qui j’ai une totale confiance car ils connaissent ma sensibilité. Mais bien sûr, je viendrai. 

Vous avez toujours insisté sur la nécessité de faire du musée Soulages, un musée «vivant» en créant cet espace de 500 m2 dédié à des expositions temporaires. Quels artistes, œuvres ou mouvements aimeriez-vous y voir exposés Tous les artistes. Je suis ouvert à tout et pas seulement à la peinture, mais aussi à la vidéo, par exemple.

Cette exposition inaugurale, prévue pour l’instant le 23 mai, s’intitulera «Outrenoir(s) en Europe». Savez-vous déjà quelles œuvres en feront partie et dans quels musées se trouvent-elles aujourd’hui ? Il y aura que des outrenoirs provenant d’Europe. Ils viendront de Suisse, d’Autriche, d’Espagne, de France et bien sûr d’Allemagne. 

Qui aimeriez-vous avoir à vos côtés ce jour-là pour cette première mondiale ? Ma femme Colette. J’aimerais bien qu’elle soit là. Moi, je suis dans ma 95e année et dans trois mois, j’ai deux ans de plus qu’elle. Maintenant, ce n’est pas moi qui invite, c’est le Grand Rodez. C’est un musée qui porte mon nom et dont je suis heureux.

Salima Ouirni
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir