L'Aveyron, à l'origine de l'IGP "Made in territoire de France"

  • S. Mazars, M.-L. Marcel et A. Fauconnier ont bataillé ferme pour arriver à un tel résultat.
    S. Mazars, M.-L. Marcel et A. Fauconnier ont bataillé ferme pour arriver à un tel résultat. PR
Publié le

Consommation. Jeudi, en commission mixte paritaire, le projet de loi relatif à la consommation et concernant la protection des produits manufacturés par une Indication géographique protégée (IGP) a été adopté.

Jeudi, en commission mixte paritaire, le projet de loi relatif à la consommation et concernant la protection des produits manufacturés par une Indication géographique protégée (IGP) a été adopté. À la grande satisfaction de la députée Marie-Lou Marcel et des sénateurs Stéphane Mazars et Alain Fauconnier. Il faut dire que les trois parlementaires ont beaucoup ferraillé sur le sujet, tant au palais Bourbon qu’au palais du Luxembourg, portés qu’ils étaient par la colère grondant du côté de Laguiole.

"Stratégie aveyronnaise"

Le trio ose même parler de "stratégie aveyronnaise" pour bien mener le dossier et éviter les mauvais coups de couteaux. "Sur l’identité géographique, nous possédons désormais un texte beaucoup plus ancré au territoire" se réjouit Alain Fauconnier. Dans une logique comparable à celle existant dans l’agroalimentaire par le biais des labels (IGP, AOC, etc.), des produits manufacturés pourront obtenir un label IGP, dont le dispositif sera entièrement soumis au code de la propriété industrielle.

"Cristalliser des emplois"

Autre point fort: les IGP seront protégées des produits génériques. "On est dans une démarche que l’on pourrait appeler “Made in territoire de France”" explique le sénateur Mazars, qui précise en outre que cette estampille IGP ne sera délivrée qu’après consultation de l’Institut national des appellations d’origine (Inao) "afin d’assurer une cohérence territoriale". Pour Marie-Lou Marcel, "cela va cristalliser les emplois sur le territoire et développer l’économie locale." Et de rappeler: "Les communes pourront également protéger leur nom grâce à cette loi." Sa promulgation est attendue pour le mois de mars. Et ces trois élus n’en sont pas peu fiers.

Philippe Routhe
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?