Réforme des rythmes scolaires : les enseignants "en souffrance"

  • Pour les syndicats, la réforme des rythmes scolaires créera davantage d'inégalités en milieu rural.
    Pour les syndicats, la réforme des rythmes scolaires créera davantage d'inégalités en milieu rural. Repro CP
Publié le

Education. Selon les syndicats, 75% des enseignants estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées avec la réforme des rythmes scolaires. 

En marge du Comité de suivi de la réforme des rythmes scolaires qui se tenait hier à Paris, des actions ont été menées un peu partout en France, à l’appel de plusieurs syndicats enseignants. L’occasion pour les représentants locaux de l’intersyndicale CGT- educ’action, Sud-éducation et SNUipp-FSU, de présenter un contre-rapport sur les rythmes scolaires. "Oui à la mise en place de cette réforme, mais pas à n’importe quel prix et surtout pas au détriment des enfants", résume Valérie Tavernier du SNUipp-FSU12.

Conditions de travail dégradées

"Les avis des enseignants qui doivent mettre en place cette réforme ne sont malheureusement pas pris en compte", se désole-t-elle. C’est pourquoi les syndicats ont décidé de produire ce contre-rapport auquel près de 4000 enseignants ont participé. Il en ressort que 75% d’entre eux estiment que leurs conditions de travail se sont dégradées.

"Si les recommandations de ce contre-rapport ne sont pas prises en compte, nous quitterons le comité de suivi", prévient l’enseignante. "Bien sûr, il y a des endroits où la réforme fonctionne, tempère Valérie Tavernier. Mais, c’est quand il y a le budget pour et le personnel adéquat. L’Aveyron, avec ces petites communes rurales aura davantage de difficultés. Cela créera des inégalités."

La pire carte scolaire de ces dernières années

Quant à la prochaine carte scolaire (elle sera dévoilée après les élections municipales), elle devrait être "l’une des pires de ces dernières années", selon les syndicats. Sachant que depuis l’an 2000 l’Aveyron a perdu 109 postes d’enseignants alors que dans le même temps les écoles enregistraient 1400 élèves supplémentaires. "D’après ce que l’on sait, ce sont les classes uniques qui devraient faire les frais de la nouvelle carte scolaire à la rentrée prochaine", s’inquiètent-ils.

R.B.
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?