Rodez Aveyron Football

Football : Rodez pas si nul face à Béziers

  • Rodez est allé chercher le nul hier en fin d'après-midi à Béziers.
    Rodez est allé chercher le nul hier en fin d'après-midi à Béziers. José A. Torres / José A. Torres
Publié le / Modifié le S'abonner

En 18e journée de CFA, le Raf et l’ASB se sont quittés hier sur un score nul,  dans la cité biterroise. Sauf que cette fois, aucun but n’a été inscrit après une première mi-temps un peu terne et une seconde bien plus emballante.
 

Pas si nul que ça. Les Ruthénois ont enregistré un match nul et vierge hier après-midi chez une grosse cylindrée du groupe - Béziers - qui aura mis une mi-temps à rentrer dans le match. Les Aveyronnais, eux, auront montré une nouvelle fois une belle solidité, péchant malgré tout dans la finition. La rencontre a également affiché deux visages : un premier acte plutôt tristounet, même si le Raf s’y est illustré, puis un second bien plus plaisant. Première période insipide donc. On a ainsi vu que Rodez, sevré de compétition depuis trois semaines, manquait de rythme. Sauf que Béziers n’a pas fait mieux. Il a même fait pire. Il aura fallu attendre la 45e minute pour voir la plus grosse occasion (en plus d’une parade de Rascle sur un Aabiza opportuniste à la 3e) : Mahaya prenant sa chance de 30 mètres plein axe. Mais l’ancien de Woluwe (D2 belge) a vu le cuir fuir le cadre pour quelques centimètres.

Rodez reprend la main

Secoués à la pause, les Biterrois ont rattaqué pied au plancher. Donnant à plusieurs reprises des sueurs froides à Rascle and Co. Et à la douzaine de supporters du Kop ruthénois qui s’est d’ailleurs fait entendre dans un stade de Sauclières sonnant bien creux. Mais, comme lors de sa dernière sortie à Grenoble (succès 1-0), la défense "sang et or" a tenu le coup. Mieux, profitant de pouvoir se porter vers l’avant via des contre-attaques, les ouailles de Franck Plenecassagne reprenaient lentement mais sûrement la main sur le jeu. Jusqu’à se montrer très dangereux via Chebake, encore, qui voyait sa reprise de centre arrêtée in extremis par Idir (76e), ou encore Coupin, qui n’a pu cadrer, car pressé, alors que le but était vide (78e). Si le début de match fut un peu terne, la fin a été bien plus animée. Au final, les deux équipes n'ont pas marqué. Pas si embêtant que cela pour des visiteurs plutôt satisfaits d’avoir tenu tête à l’ASB sur ses terres.




 

Aurélien Parayre
Voir les commentaires
Réagir