Energie : quand le biogaz agricole défie le gaz de schiste

  • "On reste une goutte d’eau, admet Mauritz Quaak. Mais rendez-vous dans 15 ans..."
    "On reste une goutte d’eau, admet Mauritz Quaak. Mais rendez-vous dans 15 ans..." AFP Eric Piermont
Publié le

 En Seine-et-Marne, certains rêveraient de voir fleurir des puits d’hydrocarbures de schiste. Ici, on produit aussi du gaz, mais avec une tout autre ressource: du fumier, du sorgho, ou encore des poussières de meuneries.

À quelques dizaines de kilomètres au nord de Chaumes-en-Brie (Seine-et-Marne), on dirait que de grandes yourtes mongoles sont venues se dresser à côté de la superbe ferme de pierre: voilà l’étrange vision qui attend celui qui se rend chez les frères Quaak, la première exploitation agricole de France qui dessert les villages alentours en biogaz. Surtout, ce biogaz ne sert pas à produire de l’électricité comme dans l’immense majorité des cas en France.

Les 120 mètres cubes de méthane qui sortent chaque heure des réservoirs du méthaniseur sont directement injectées dans le réseau de distribution de Grdf. Une première pour une ferme française qui permet aux habitants de cinq communes voisines de prendre leur douche ou d’alimenter leur chaudière. "On nous a pris pour des fous", se souvient Mauritz, géant aux yeux clairs de 35 ans et cadet de Pierre-Jacques, l’autre frère Quaak. Maîtres de 250 hectares de cultures et de 250 vaches limousines (plus les veaux), les deux jeunes agriculteurs ont bataillé ferme pendant plus de cinq ans pour faire naître ce projet pionnier, opérationnel depuis août dernier: aucun texte, aucun dispositif de soutien n’était en place au départ, sans parler des diverses autorisations qu’il a fallu obtenir.

Du méthaniseur de la ferme d’Arcy sort aussi un utile «digestat» (le processus de méthanisation est semblable à celui d’un estomac), un engrais naturel qui couvre 90% des besoins de la ferme. "Très clairement, la méthanisation nous permet de poursuivre l’élevage", sinistré dans l’Hexagone, souligne M. Quaak. Le biogaz est le nouveau chouchou du ministre de l’Agriculture, Stéphane le Foll, et de son collègue de l’Écologie, Philippe Martin. Les deux en font l’alternative «verte» aux gaz de schiste, dont l’exploration est bloquée par la loi française, alors que l’Hexagone importe plus de 98% de son méthane. La région Ile-de-France vient d’adopter, la semaine dernière, un plan de soutien, qui s’ajoute aux aides de l’Ademe. Dans le privé, l’opérateur du réseau gazier Grdf et sa maison mère GDF Suez poussent aussi cette solution, moyen de réduire les émissions de CO2 du gaz consommé par les Français.

L’opérateur historique défend un objectif de 20 térawattheures dès 2020 dans le réseau, soit environ 5% de la consommation française. À l’heure actuelle, 282 sites produisent du biogaz en France, mais destiné à la production d’électricité ou de cogénération. Seuls trois sites injectent du biométhane dans le réseau: celui des frères Quaak et deux usines de tri de déchets ménagers, en Moselle. L’Allemagne a elle très rapidement développé la méthanisation, avec plus de 6 000 installations. Mais la plupart utilisent en masse du maïs, une concurrence avec l’alimentaire que la France ne veut pas reproduire.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?