Economie

L’entreprise Baldet gravit de nouvelles marches

  • L'entreprise produit quelque 250 escaliers sur-mesure par an.
    L'entreprise produit quelque 250 escaliers sur-mesure par an. Repro CP -
  • Vincent Baldet (à g.) marche sur les traces de son père Gilbert, auquel il a succédé en 2003, et de son grand-père Léon.
    Vincent Baldet (à g.) marche sur les traces de son père Gilbert, auquel il a succédé en 2003, et de son grand-père Léon. Repro CP -
  • Dans l’entreprise, tout le monde sait dessiner un escalier. Et chaque ouvrier est responsable de sa réalisation. Du choix du bois jusqu’à la pose finale.
    Dans l’entreprise, tout le monde sait dessiner un escalier. Et chaque ouvrier est responsable de sa réalisation. Du choix du bois jusqu’à la pose finale. Repro CP -
Publié le / Modifié le S'abonner

Savoir-faire. Entre autres projets, le fabricant d’escaliers sur mesure de Durenque, Vincent Baldet, va implanter une vitrine sur le Grand Rodez, zone d’activités de Montvert.

Chez les Baldet, le travail du bois est une affaire de famille. Et de passion, bien sûr. Menuisier ébéniste à Durenque pendant plusieurs décennies, Léon a montré la voie. Gilbert, a pris la suite dans les années soixante. Rejoint, à son tour, par son fils Vincent. Gilbert et Vincent Baldet ont ainsi œuvré ensemble de 1988 à 2003.

Depuis, Vincent Baldet, 47ans, dirige cette entreprise familiale, située aux confins du Ségala et du Lévezou, qui s’est spécialisée dans la fabrication d’escaliers sur mesure. En 1986, à la suite d’un incendie, l’entreprise s’est installée à l’entrée du village, au Puech de Routaboul. Après avoir résisté aux soubresauts provoqués par la crise économique de 2008, les escaliers Baldet s’apprêtent aujourd’hui à gravir de nouvelles marches.

Du choix du bois jusqu’à la pose

"Dans l’entreprise, tout le monde sait dessiner un escalier", résume Vincent Baldet. Y compris Béatrice, la comptable… La conception des modèles et la programmation numérique incombent toutefois à Rudy, le jeune responsable du bureau d’études. Après plusieurs agrandissements, l’entreprise Baldet occupe 2200 m2 d’ateliers répartis en fonction des étapes de fabrication : stockage du bois brut, découpe, corroyage, calibrage, usinage, ponçage, finition, montage.

"Du choix du bois jusqu’à la pose, l’ouvrier est responsable de son escalier du début à la fin", explique le chef d’entreprise. Pour une fabrication basique, une semaine suffit. Pour des modèles plus travaillés, en lamellé-collé ou débillardé, il faut une dizaine de semaines.

Qualité et innovation

Le métier est exigeant. "Il faut une connaissance technique. On est toujours en train de réfléchir en 3D", précise l’escaliéteur. Et puis la crise est passée par là. En 2008-2009, l’activité de l’entreprise durenquoise a baissé de 20%. Dans le même temps, la concurrence s’est accrue. "Il a fallu se concentrer sur la qualité et l’innovation, en utilisant au maximum notre savoir-faire et les capacités de notre outil de travail.Les machines à commande numérique nous offrent de la précision et de grandes possibilités d’usinage."

L’entreprise Baldet a aussi étendu sa zone de chalandise. Aujourd’hui, elle rayonne jusqu’en Haute-Garonne. Voire beaucoup plus loin. Avec une dizaine de salariés (ils étaient quinze avant la crise), la PME fabrique chaque année quelque 250 escaliers sur mesure (de 3 000 €  pour les plus simples à 50 000 € pour les plus sophistiqués), pour un chiffre d’affaires de 800 000 € en 2013.

De nouveaux matériaux et de la couleur !

150 mètres cubes de bois brut (du frêne et du chêne de Bourgogne et de l’hévéa) sont ainsi transformés dans les ateliers Baldet. Les goûts des consommateurs ayant considérablement évolué, de plus en plus de matériaux sont associés au bois : acier, inox, verre, câble… La couleur est aussi de plus en plus présente.

Toujours soucieux d’anticiper et de voir plus loin, le dynamique escaliéteur a désormais le regard tourné vers le Grand Rodez et la zone d’activités de Montvert, où l’entreprise va implanter une nouvelle vitrine commerciale.

Réagir