Patrick Furet : "Quand je parie, je joue toujours sur l'outsider"

  • Patrick Furet : "On ne doit pas regarder (les Niversois) comme des machines."
    Patrick Furet : "On ne doit pas regarder (les Niversois) comme des machines." Jean-Louis Bories/CP
Publié le , mis à jour

Rugby Rodez. À quelques jours de la réception de Nevers (8e de finale aller), dimanche à 15 heures, "une nouvelle saison" selon lui, l’entraîneur du Stade Rodez Aveyron balaie les sujets brûlants : sa prolongation, le recrutement et, bien sûr, la manière d’aborder ce match. Entretien.

Comment se sent-on à quelques jours d’un tel match ?

Il faut être détendu, avoir du "stress positif". Les objectifs de début de saison sont dépassés, maintenant c’est du plus. Et comme l’appétit vient en mangeant… Pour nous, c’est une nouvelle saison qui commence.

Sur le papier, l’étiquette de favori paraît clairement pour Nevers. De vous retrouver dans une position d’outsider vous convient-il ?

Nous, on n’a jamais assumé le statut de favori. C’est peut-être dû à la moyenne d’âge du groupe et donc à la maturité. Et peut-être que ce que nous avons vécu cette saison va nous permettre d’engranger de l’expérience. Mais je sais aussi qu’on est capable de se sublimer. Quand je parie, je joue toujours sur l’outsider car la cote est plus haute (sourire) et qu’il a moins à perdre. Alors moi ça me va d’être dans la position du petit car il n’y a pas de pression, celle qui nous a plusieurs fois fait déjouer et perdre nos moyens.

Que connaissez-vous de Nevers ?

Ce match, c’est déjà le pot de fer contre le pot de terre. En terme d’ambitions, de budget et de joueurs, ça n’a rien à voir. Et puis, les joueurs sont très athlétiques. Ils ont fini à la 2e place d’une poule 1 où figuraient trois autres grosses équipes. Mais cela reste des hommes ! On ne doit pas les regarder comme des machines. Ils ont aussi leurs difficultés avec, sûrement, celle de devoir assumer une très forte pression. Et un match reste un match, ça commence toujours au rugby par le combat. Le reste…

Estimez-vous que le fait de jouer le match retour à l’extérieur constitue un désavantage ?

Bien sûr. C’est comme la Ligue des champions avec le PSG. C’est toujours compliqué. Après, tout dépend de la stratégie de l’adversaire. Nous, on ne doit pas calculer. On doit déjà jouer ce premier match.

Justement, peut-on disputer une telle rencontre comme on le fait durant la phase régulière ?

Je le répète, c’est une autre saison qui commence puisqu’à la fin, deux équipes monteront en ProD2 et les autres ne descendront pas. À la fin, les perdants ne "meurent" pas donc, quoi qu’il arrive, il y aura du positif à retirer. Mais cela n’empêche pas d’avoir une envie et un plaisir certains d’être là. Et sans se dire que c’est un aboutissement ou avoir la peur au ventre. Je pense que les joueurs en sont conscients et savent assez d’où on vient pour ne pas se tromper.

À titre personnel, vous avez prolongé début avril votre contrat à la tête du SRA. Qu’est-ce qui vous a motivé ?

Le fait de me positionner et de respecter mes engagements. Je ne suis pas quelqu’un qui fait monter les enchères ou fait attendre. J’avais donné une date butoir. Et même si mon souhait était de rejoindre la division supérieure, ça ne servait à rien d’attendre davantage. Le fait également de travailler dans la continuité avec le staff, qui a été reconduit, était déterminant. C’était une condition sine qua non et le club le savait.

Lorsque vous dites que ça ne servait à rien d’attendre davantage, vous voulez dire que vous n’aviez pas de contacts ?

Il y avait des contacts, notamment avec Tarbes, mais il fallait attendre des résultats. Je préfère m’installer une année supplémentaire pour continuer ce qu’on a commencé plutôt que d’attendre. Mais ça n’est pas un choix par défaut. J’ai envie de continuer ce projet et de grandir avec ce groupe. Si je me suis réengagé, c’est que je crois en ce projet et en la possibilité de faire quelque chose de bien à Rodez.

À ce propos, pensez-vous que disputer les phases finales signifie forcément que l’équipe sera plus ambitieuse la saison prochaine ?

Pour moi, c’est une évidence. Avec notre vécu et malgré un effectif quantitativement trop juste, on est parvenu à accrocher les phases finales. Donc si on renforce un tant soit peu l’effectif, on se doit forcément d’être plus ambitieux.

Le recrutement est-il en cours (entretien réalisé mardi) ?

On travaille déjà à conserver le groupe actuel puis à aller chercher ce qu’on n’a pas. Et pas l’inverse. On verra les joueurs à partir de la semaine prochaine. Mais pour l’heure, aucun joueur n’a fait connaître des envies de départ. Ce qui est certain, c’est qu’on ne peut pas se permettre de vivre à nouveau la situation de la saison dernière lorsque certains joueurs avaient pris des initiatives personnelles. Il y aura une date butoir où tout le monde devra avoir fait connaître ses intentions. Et ensuite on pourra s’activer. Aujourd’hui, des CV de joueurs arrivent tous les jours. Car, à l’échelle locale comme nationale, le club a montré que financièrement et sportivement, il y a de la crédibilité et de la stabilité. Le regard porté sur Rodez a changé. J’aurai moins de mal à constituer le groupe que la saison dernière.

Pensez-vous que votre décision de rester, tout comme votre staff, peut inciter certains joueurs à rester ?

Je le crois car beaucoup attendaient de savoir. Quand j’ai pris ma décision, les joueurs ont été les premiers informés et c’est normal.

Ambition annoncée de Pro D2 signifie-t-elle recrutement haut de gamme ?

Je ne sais pas ce que veut dire haut de gamme. Ce qui est sûr, c’est qu’aujourd’hui, on ne va pas dépenser l’argent qu’on n’a pas. On va faire le recrutement le plus judicieux possible. Mais les noms ne m’intéressent pas. Il y a deux critères, qualités rugbystiques et humaines, et c’est tout. Prendre une armée de noms, non. La force du groupe, c’est l’état d’esprit et on doit conserver cela. Tous les joueurs seront toujours sur un pied d’égalité.

Maxime Raynaud
Voir les commentaires
Sur le même sujet
L'immobilier à Rodez

926 €

LOCATION APPARTEMENT RODEZ SANS FRAIS D AGENCE- 4 Pièces en centre ville en[...]

429 €

Vous cherchez un logement, dans le secteur dynamique de Bourran ?Votre agen[...]

330 €

Vous êtes à la recherche d'un logement fonctionnel, proche de toutes commod[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?