Rodez Aveyron Football

Malek (Le Pontet) : «Je ne ferai pas de cadeaux à Consolat»

  • Hakim Malek : "Que Consolat monte en National, je m’en tamponne !"
    Hakim Malek : "Que Consolat monte en National, je m’en tamponne !" Repro CP / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner

29e et avant-dernière journée. Le leader Rodez exempt, ce soir tous les regards seront braqués sur le match Consolat- Le Pontet, dont l’issue ne fait aucun doute pour beaucoup. Mais les Pontétiens, bien que maintenus et privés de plusieurs joueurs, ne laisseront pas les Marseillais virer en tête si facilement jure leur coach.

Le leader Rodez exempt, ce soir tous les regards seront braqués sur le match Consolat- Le Pontet, dont l’issue ne fait aucun doute pour beaucoup.Mais les Pontétiens, bien que maintenus et privés de plusieurs joueurs, ne laisseront pas les Marseillais virer en tête si facilement jure leur coach.

Quelle va être la motivation du Pontet, déjà maintenu, sur le terrain de Marseille Consolat ?

On l’a vu les semaines précédentes, on a joué tous les matches de la même manière. Notre objectif premier, c’était de se sauver, on a réussi. Maintenant, on veut terminer dans les huit premiers, ne serait-ce que pour certaines primes si vous voulez tout savoir. Et on n’y est pas encore. Mais on a également une équipe réserve à faire monter en DH et c’est très important. Du coup, ce soir, je devrais redescendre au moins 3 joueurs sachant que ma charnière centrale est également blessée... Mais je vais vous le dire: si les gens pensent que ce match à Consolat est arrangé, ils se mettent le doigt dans l’œil! En plus, on ne peut pas dire que j’ai quitté ce club dans les meilleures conditions.

Existe-t-il de votre part une forme de rancœur à l’égard de Marseille Consolat, dont vous avez été limogé la saison dernière ?

Le travail de cette saison, les résultats, j’y suis pour quelque chose! C’est le même dispositif tactique, les mêmes joueurs à quelques exceptions près, etc. D’une certaine manière, j’ai l’impression d’être spolié de mon travail. Oui, je l’ai mauvaise. Ça ne s’est pas très bien terminé.

Vous avez été joueur puis entraîneur de ce club. On imagine quand même que Consolat reste votre club de cœur ?

Oui, mais vous savez, les histoires d’amour... Ce club, je l’ai amené de DH à CFA 2, on y a vécu un 32es de finale de Coupe de France. Je fais partie de son histoire. Mais, en aucun cas, je ne lui ferai de cadeaux. Que Consolat monte en National, je m’en tamponne ! Ce serait bien pour les quartiers Nord de Marseille mais le reste, ça me fait ni chaud, ni froid. La fracture est restée importante même si Jean-Luc Mingallon (le président) est toujours un très bon ami. Mais un club n’est pas un seul homme...

Avez-vous conscience du rôle d’arbitre joué par Le Pontet en cette fin de saison ?

La semaine dernière, j’aurais pu perdre à Grenoble. À la mi-temps, moi, j’étais sauvé (0-0 mais Tarbes étant mené par Consolat, mathématiquement Le Pontet était maintenu. Mais on a joué jusqu’au bout (1-1, égalisation à la 90e+2 minutes, NDLR). Si Consolat, Rodez ou même Grenoble en sont là aujourd’hui, ça n’est quand même pas la faute du Pontet, si ? On ne va pas tout mettre sur nous maintenant ? Je comprends que tous les regards soient braqués sur Le Pontet et, je le redis, je vais concocter la meilleure équipe possible pour emmerder Consolat. Et si on peut gagner, on ne s’en privera pas. Tout le monde peut voir notre fair-play sur les dernières semaines.

Maxime Raynaud
Voir les commentaires
Réagir