Rodez

Rodez : énorme engouement pour les débuts du musée Soulages

  • Enorme succès populaire pour les premiers pas du musée ruthénois.
    Enorme succès populaire pour les premiers pas du musée ruthénois. - José A. Torres
S'abonner Mis à jour le -- partages

Ce dimanche encore, plusieurs dizaines de mètres de file devant l'entrée du musée. Si les avis sont partagés sur l'oeuvre, l'ouverture de l'édifice était en tout cas très attendue par les Aveyronnais, même s'ils ne sont pas les seuls.

Quatre-vingt-dix minutes, voire davantage parfois : c’est le temps que les visiteurs ont dû patienter, hier, avant de pouvoir pénétrer dans le musée Soulages. L’édifice inauguré vendredi par le président de la République François Hollande, en présence de Pierre et Colette Soulages et de nombreux invités triés sur le volet, attire, depuis, une foule de curieux.  « C’est nouveau, ça vient d’ouvrir. Cela fait des mois que l’on voit l’extérieur se transformer. Alors, aujourd’hui, c’était important, pour nous, de venir voir à quoi cela ressemble de l’intérieur. Et puis il y a l’œuvre de Pierre Soulages. On aime ou on aime pas, mais il faut la voir", estime un père de famille.

Aux portes du musée les visiteurs sont invités à entrer par petits groupes. « Dès que 4 ou 5 personnes sortent, on en fait rentrer autant », explique une bénévole de l’Agglo du Grand Rodez venue, le temps du week-end, prêter main-forte au personnel du pôle muséal du Grand Rodez.

Depuis l’ouverture 500 personnes sont en permanence dans le musée.  « C’est le seuil à ne pas dépasser. Et vendredi, c’était parfois limite », concède Benoît Decron, le conservateur du musée. « À l’heure qu’il est (15 h 30 samedi, NDLR), on n’est pas loin de comptabiliser 9 000 entrées », se félicite-t-il.

« Les gens semblent vraiment adhérer. Ils viennent pour la plupart en voisins, mais pas seulement. J’ai discuté avec quelques étrangers. L’œuvre de Soulages est universelle, elle parle à tout le monde. On a déjà d’excellents retours. La boutique du musée est prise d’assaut et le stock a été réduit à néant. C’est déjà un succès. Même s’il convient d’attendre mardi et le reste de la semaine prochaine, lorsque l’entrée sera payante, pour se faire une meilleure idée », relativise Benoît Decron néanmoins confiant.

« On s’est dépêchés de venir voir. On voulait jouir de l’endroit qui est magnifique et profiter de l’émulation suscitée par l’inauguration, explique un jeune couple venu de Cahors. Et pas parce que c’est gratuit, précise l’homme. D’ailleurs, on reviendra bientôt pour mieux en profiter avec un guide pour nous expliquer la démarche de l’artiste. »

Réagir