La pub envahit les boîtes aux lettres

  • Au vu du budget dépensé par les annonceurs pour ces imprimés, UFC estime qu’une famille paie 176 € par an pour financer les prospectus de la grande distribution.
    Au vu du budget dépensé par les annonceurs pour ces imprimés, UFC estime qu’une famille paie 176 € par an pour financer les prospectus de la grande distribution. Repro CP / Repro CP
Publié le / Modifié le S'abonner
-- partages

Invasion. Malgré internet et les autocollants «Stop pub», efficaces mais peu répandus, les prospectus inondent toujours plus nos boîtes aux lettres: +35% en dix ans.

L’UFC-Que Choisir dit à nouveau stop à la pub. Celle qui déboule régulièrement dans les boîtes aux lettres, sous formes de prospectus aux multiples pages. Comme il y a dix ans, chaque antenne départementale, à la demande de la fédération nationale, a mené sa petite enquête.

Près de 300 tonnes par mois

Pour l’Aveyron, le constat est le suivant. Par rapport à 2004, le poids mensuel moyen reçu est en progression avec 2,4 kilos contre 2 kilos. "Soit une hausse de 22% en dix ans" fait-on remarquer. Si bien que, pour le seul mois d’avril, période à laquelle a été menée cette enquête, "le département a accumulé 295 tonnes de prospectus ! " selon les chiffres de l’UFC-Que Choisir. Ce qui représente 6 489 503 prospectus pour le seul mois d'avril. 

"Double peine"

UFC-Que Choisir, dénonce les coûts économique et écologique de cette «pollution» notamment due à la grande distribution, cette «déferlante » de prospectus et autres imprimés publicitaires - évaluée à 2,7 kg en moyenne en un mois (plus de 32 kilos en un an) pour une boîte aux lettres sans «Stop pub» - engendre une « double peine» pour les Français, appelés à financer cette publicité par leurs achats en tant que consommateurs, puis à financer leur recyclage en tant que contribuable.

Un coût important pour les familles

La grande distribution, avec plus du tiers des imprimés reçus lors de cette enquête, apparaît comme la championne du genre, constate UFC, qui pointe notamment le rôle du trio de tête: Carrefour (près de deux prospectus par semaine en moyenne), Leclerc et Système U. À Rennes, un ménage a, par exemple, reçu en un mois «plus de 175 prospectus» de la grande distribution.

Au vu du budget dépensé par les annonceurs pour ces imprimés (2,9 milliards d’euros au total en 2013, selon les données de l’institut spécialisé Irep), il estime qu’une famille paie 176 € par an pour financer ces prospectus. Les ménages financent en outre, via leurs impôts, "l'essentiel de la charge de la gestion des déchets papier".

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir