Agression des rugbymen à Millau : quatre jeunes hommes en garde à vue

  • Dans un message posté sur son compte Twitter, Kayser se disait lundi matin "de retour à la maison".
    Dans un message posté sur son compte Twitter, Kayser se disait lundi matin "de retour à la maison". AFP
Publié le , mis à jour

Quatre jeunes hommes interpellés dimanche soir à la suite de la violente agression de trois rugbymen internationaux à Millau étaient toujours entendus en garde à vue. Une conférence de presse devrait être organisée mardi matin. 

Quatre jeunes hommes interpellés dimanche soir à la suite de la violente agression de trois rugbymen internationaux à Millau étaient toujours entendus en garde à vue lundi matin, a-t-on appris de source judiciaire. "Les auditions sont en cours. Nous referons un point cet après-midi", a indiqué Chérif Chabbi, substitut du procureur de la République à Rodez, en charge de l'enquête. Le magistrat qui devrait, par ailleurs, tenir une conférence de presse mardi matin, n'a pas souhaité donner plus de précisions, indiquant simplement que les interpellés avaient "entre 20 et 30 ans".

"Machettes et des sabres"

Selon la police de Millau, ils sont connus des services de police. Ils ont été interpellés dimanche vers 19 heures, soupçonnés d'avoir pris part à l'agression à l'arme blanche de trois rugbymen internationaux de l'ASM Clermont-Auvergne, à la suite d'une soirée en boîte de nuit à Millau. Le talonneur de l'équipe de France Benjamin Kayser, le deuxième ligne Julien Pierre et le centre Aurélien Rougerie, capitaine de l'ASM, ont été attaqués par une "dizaine" de personnes, alors qu'ils rentraient à leur hôtel, vers 3 heures dimanche, a précisé la police locale. Le club auvergnat du Top 14, évoquant des "faits d'une extrême violence", avait affirmé dans un communiqué que les armes blanches étaient notamment des "machettes et des sabres".

"Pas là pour se battre"

Le quotidien La Depêche relève également certains détails de l'agression. Selon le chef de service du commissariat de Millau Eric Delchambre :  "Il n'y a pas de contexte alcoolisé, concernant les joueurs. Mais dans l'établissement de nuit où ils finissent leur soirée, un homme agresse verbalement une jeune femme et l'un des rugbymen de l'ASM s'interpose, sans violence, en lui disant juste de se calmer. Ce que n'apprécie visiblement pas l'individu qui se met à invectiver et provoquer les joueurs. Ceux-ci ne bougent pas et répètent qu'ils ne sont pas là pour se battre". "Ce qui est sûr, c'est qu'ils étaient tout à fait paisibles, qu'ils n'ont rien à se reprocher et qu'on est venu les agresser gratuitement dans un véritable guet-apens", poursuit Eric Delchambre.

"Diagnostic vital n'est pas engagé"

Lundi matin, le club a également précisé qu'un de ses médecins s'était rendu sur place. Benjamin Kayser et Aurélien Rougerie ont été blessés au bras et Julien Pierre à une hanche, avait précisé le club, soulignant aussitôt que "leur diagnostic vital n'est pas engagé", même si Julien Pierre "devrait subir une opération afin de soigner de profondes coupures". Dans un message posté sur son compte Twitter, Kayser se disait lundi matin "de retour à la maison": "Une belle peur mais je vais bien".

Guet-apens

Selon les premiers éléments de l'enquête, une première altercation verbale aurait eu lieu entre certains des rugbymen et d'autres occupants de la boîte de nuit de Millau, qui auraient par la suite dressé un guet-apens aux joueurs à leur entrée dans leur hôtel du centre-ville. Les joueurs clermontois étaient à Millau en transit vers Falgos (Pyrénées-Orientales), où le club finaliste de la Coupe d'Europe 2013 et demi-finaliste européen 2014 doit effectuer un stage de quelques jours.

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
L'immobilier à Millau

475 €

Appartement T3 avec terrasse proche du centre - TARN - A LOUER, notre agenc[...]

495 €

N329 - Appartement T3bis situé au 2ème étage avenue de la République.Il se [...]

50 €

GARAGE FERME - Rue de la Croix Vieille 12100 MILLAU - A LOUER - Garage ferm[...]

Toutes les annonces immobilières de Millau
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?