Estivada de Rodez

Macarel : la success story made in Occitanie

  • Denis Cantournet ne quitte jamais son stand.
    Denis Cantournet ne quitte jamais son stand. Repro CP -
Publié le / Modifié le S'abonner

Crée en 2002 par Denis Cantournet, un ancien pépiniériste originaire du Cantal, la société Macarel n'a cessé de grandir. En 2013, la marque qui a ouvert deux boutiques à Montpellier et Toulouse, a réalisée quelque 300 000€ de chiffre d'affaires. 

“Soi d’aqui” ;  "Romegues pas e passa davant" etc. Si beaucoup ont déjà aperçu ces fameux autocollants, rares sont ceux à en connaitre la provenance. Crée en 2002 par Denis Cantournet, un ancien pépiniériste originaire du Cantal, l'entreprise Macarel n'a cessé depuis de grandir. D'une idée toute simple, le militant pour la défense de l’Occitanie a fait grossir son entreprise qui réalisé quelque 300 000 € en 2014. "A l'occasion d'un voyage en Bretagne, j'ai pu constater qu’il y avait des drapeaux bretons partout, ils étaient faciles à trouver et peu chers. A l’inverse, des drapeaux occitans, presque introuvables à cette époque.”

Sûr de son fait, le Cantalien commande 1000 drapeaux. 12 ans plus tard, il vend le 100000e ainsi qu'une multitude de produits dérivés (les fameux autocollants, vêtements, portes-clés...) qui lui permettent aujourd'hui de partager son temps entre deux boutiques, l'une à Montpellier et l'une à Toulouse. Le chiffre d’affaire provient également et "de façon assez équilibrée" des ventes réalisées par les 280 revendeurs de la marque, lors des foires et festivals, ainsi qu' au site internet.

Un succès que Denis Cantournet explique très simplement. “Il faut avoir des repères et des valeurs. Savoir qui on est est important pour savoir où on va et pour accepter l’autre.” Propos qui, dans une société où les frontières et les identités s’effacent, ont manifestement un impact important dans la population du sud-ouest de la France. 

Centre Presse Aveyron
Réagir