Agriculture: André Cazals, le dernier des mousquetaires, est décédé

  • André Cazals est décédé à l’âge de 87 ans, à Moyrazès.
    André Cazals est décédé à l’âge de 87 ans, à Moyrazès. Archives CP
Publié le , mis à jour

Raymond Lacombe, Marcel Bruel, André Laur et André Cazals ont œuvré ensemble des années 60 à 90 pour défendre leur idée de l’agriculture. Une bataille qui a marqué le département.

L’agriculture aveyronnaise perd l’une de ses figures. André Cazals est décédé, hier, à l’âge de 87ans. Avec Raymond Lacombe, décédé en 2002, Marcel Bruel, décédé en 2007, et André Laur, qui s’est éteint au début de l’année, il était le dernier meneur vivant de la "révolution verte". Le dernier des mousquetaires comme étaient surnommés ces ardents défenseurs d’une agriculture paysanne, en guerre contre certaines déraisons. En début d’année, peu de temps après le décès d’André Laur, André Cazals était revenu dans nos colonnes sur cette foi qui les animait, ses compagnons et lui, dans l’engagement paysan, au sein de la Jeunesse agricole catholique, la JAC. "Un engagement ni trop à droite, ni trop à gauche, une position qui, aujourd’hui, ne semble pas trop facile à tenir", souriait-il, paisiblement installé dans sa maison de retraite de Colombiès. Il livrait alors des souvenirs intacts de ses missions héroïques entreprises pour défendre la terre des paysans.

"Tous les quatre formaient une équipe formidable, qui a orienté l’agriculture aveyronnaise pendant trente ans. Et l’agriculture française avec". Pour Jean Laurens, qui succéda à André Cazals à la tête de la chambre d’agriculture, qu’il a présidé de 1974 à 1995, "c’est un personnage hors norme, avec une carrière exceptionnelle qui s’en va". André Cazals fut, entre autres, à l’origine des Centres techniques d’études agricoles, destinés à œuvrer sur le progrès et le développement, de la Cala, coopérative laitière aujourd’hui au groupe Sodiaal. Il était surtout vice-président national des chambres d’agriculture (1985-1995). Une fonction qui l’amena notamment à s’envoler pour le Chili afin de convaincre le président sud-américain de ne pas céder les terres à de riches propriétaires, à ferrailler contre le ministre Edgar Pisani, avec lequel il finira par devenir ami. "C’était un homme droit, brillant, affable", se souvient Jean Laurens, qui travailla une vingtaine d’années à ses côtés. "Il mettait les gens rapidement à l’aise, portait beaucoup d’attention à ce que faisaient les autres. Je fus longtemps son second, mais il m’a toujours laissé un grand champ d’action".
Homme d’engagement, André Cazals fut également le maire de sa commune de Colombiès (1983-2001). "La création de la maison de retraite et le hall sportif, c’est lui", rappelle Dominique Barrès, l’actuel maire du village. Soulignant au passage qu’André Cazals était entré à la mairie en tant que conseiller municipal dès 1971. Animé par la même volonté d’un progrès raisonné pour sa commune, il fonda notamment le syndicat hydraulique de la moyenne vallée de l’Aveyron.
Hier, le dernier des mousquetaires s’est éteint. Avec la conviction du devoir accompli.

Ses obsèques seront célébrées lundi 11 août, à 15 heures, en l’église de Baraqueville.

Ph.R.
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

315 €

Entrée avec placard, pièce principale (bureau, 2 placards bas) avec coin cu[...]

97000 €

Rodez, proche IUT, appartement de type 1 bis composée d'une pièce de vie a[...]

394 €

T1Bis 2e, parking Entrée, dégagement avec placards, séjour avec coin cuisin[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?