Stade Rodez Aveyron

Le SRA est encore en rodage

  • Pratmarty et consorts sont encore en phase d’observation et de découverte de leur potentiel.
    Pratmarty et consorts sont encore en phase d’observation et de découverte de leur potentiel. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
  • Le SRA est encore en rodage
    Le SRA est encore en rodage
Publié le / Modifié le S'abonner

Amical. Après une première sortie face à Aix (10-10), le SRA n’est pas parvenu à rééditer sa performance en s'inclinant assez logiquement (21-14), dimanche dans son antre, devant  Valence-d’Agen.

S'il nous confiait ne pas porter trop d'importance au résultat final, le coach du Stade Rodez Aveyron, Patrick Furet, affichait pourtant dimanche, une mine déconfite. Dominé par Valence d'Agen (21-14), le SRA n'a pas réussi a trouver la faille à domicile.

"Certes, c’était un match amical, mais on ne peut se satisfaire d’une défaite", soupirait-il. Face aux hommes de Diniz (tout droit débarqué de Fleurance), les «sang et or» n’ont pas validé leur montée en puissance progressive par une victoire probante. Bien au contraire, à trop vouloir jouer, ils se sont piégés eux-mêmes, en pensant que la brèche finirait par être trouvée. "Il y a eu cette volonté de jeu, des progrès notables en touche, reconnaissait Furet. Mais on se doit d’être efficace et efficient, surtout devant notre public."

Laisser le temps au temps

Assurément, les organismes ont quelque peu souffert durant la semaine. Le stage de cohésion n’a pas été de tout repos. Il n’empêche, l’entraîneur des Aveyronnais attendait beaucoup mieux : "Je peux comprendre qu’ils soient dans le creux. La semaine a été dure. Néanmoins, les excuses, elles sont pour les faibles. On a manqué d’orgueil. On s’est fait chahuter dans le secteur de la mêlée et j’en passe.En soit, le SRA a été rattrapé par la réalité. Boscus et les siens sont encore en rodage.

Faux départ pour Timo Star 

L’équipe est en pleine découverte de son propre potentiel. On ne peut pas façonner une machine de guerre du jour au lendemain. Il faut laisser le temps au temps et surtout il faut éviter les petits pépins. Souvenez-vous, la semaine passée Baron est sortie sur civière. Dimanche, ce fut au tour de Timu Star, la recrue néo-zélandaise d’effectuer un passage éclair sur le rectangle vert. Bilan une douleur au mollet mais rien de bien méchant selon le staff. Quoi qu’il en soit, la compétition fera forcément des déçus, mais aussi des heureux. Furet devra trancher.

Nathalie Dijols
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir