Stade Rodez Aveyron

En Aveyron, le rugby veut se conjuguer au féminin

  • L’Aveyron recense 178 joueuses pour <QA0>
un total de 3196 licenciés.
    L’Aveyron recense 178 joueuses pour <QA0> un total de 3196 licenciés. CP / CP
Publié le / Modifié le S'abonner

Rugby. Le comité départemental se réunit mardi soir en assemblée générale. Avec, au menu notamment, l’avenir de l’ovale au féminin, quelques semaines après la Coupe du monde.

Elles ne pèsent pas bien lourd. Seulement 178 très exactement en Aveyron, les rugbywomen ont encore bien du mal à se faire entendre parmi les quelque 3196 licenciés aveyronnais. Et pourtant, elles constituent sûrement l’une des pistes à explorer pour l’ovalie à en croire le comité départemental. Son président en tête, le CD12 a en effet décidé de prendre le dossier à bras-le-corps. "Il y a des efforts à faire avec le rugby féminin", convient ainsi Gérard Fourquet, aujourd’hui arrivé à la moitié de son second mandat. Avec seulement trois sections dévouées -Rodez, Decazeville et Millau-, celle de Lévezou Ségala s’étant arrêtée, l’ampleur de la tâche saute aux yeux.

«Se servir du Mondial féminin»

Sauf qu’au-delà du constat, les préjugés ont la vie dure. "Le plus dur, c’est de vaincre les a priori autour du rugby féminin", éclaire Gérard Fourquet. Mais le CD12 a peut-être déniché sa botte secrète. Comme le foot avant lui, qui avait capitalisé sur les belles performances de l’équipe de France féminine, le rugby peut désormais s’appuyer sur des Bleues à la côte montée en flèche ces dernières semaines. Médaillées de bronze de la dernière Coupe du monde organisée en France, avec des audiences à en faire pâlir d’autres sports, les rugbywomen pourraient bien avoir déclenché un mouvement de sympathie. Et donc des vocations. "

On doit se servir de ce Mondial et surfer dessus. Mais ça ne se fera pas si les clubs ne prennent pas conscience de la demande, prévient le président de l’instance, également en charge de la formation des éducateurs ou des arbitres. Ce serait dommage de rater le coche du développement du rugby féminin alors que c’est devenu olympique." Pour cause, à Rio, dans moins de deux ans, ces dames, comme ces messieurs, participeront aux JO en rugby à 7. Une échéance à ne pas manquer. En Aveyron comme ailleurs. 

Max.R.
Voir les commentaires
Réagir