Stade Rodez Aveyron

Les Ruthénois ont déjà de solides bases

  • Les avants ruthénois ont fait étalage de toute leur puissance dimanche à Saint-Jean-de-Luz. Jusqu’à en oublier le ballon parfois...
    Les avants ruthénois ont fait étalage de toute leur puissance dimanche à Saint-Jean-de-Luz. Jusqu’à en oublier le ballon parfois... MR / MR
Publié le / Modifié le S'abonner

1re journée. Si la victoire de dimanche à Saint-Jean-de-Luz (22-13) a parfaitement lancé la saison du SRA, le club peut déjà s’appuyer sur de nombreux points positifs pour le futur. Tour d’horizon.

Certes, ce n’était que le premier match. D’ailleurs, au coup de sifflet final, Patrick Furet comme ses joueurs l’ont répété à souhait: il ne faut pas s’enflammer. Dont acte. Pourtant, si ce n’est l’indiscipline caractérisée notamment par trois cartons jaunes en seconde période, de nombreux points appellent au plus grand optimisme pour la suite des aventures. On en a relevé certains. Liste, non exhaustive, de ce qui fonctionne déjà au SRA. 

1/L’état d’esprit, cette force inébranlable

L’état d’esprit par-ci, l’état d’esprit par-là... Tous les Ruthénois n’avaient que ce mot à la bouche lors des réactions d’après-match. Et, il faut dire qu’ils avaient bien raison d’insister sur ce point précis. La saison dernière, ce fameux état d’esprit avait été leur grande force. Et il semblerait qu’il n’est pas disparu durant l’été! Mieux, si l’on en croit le 2e ligne Saïd Bajja, arrivé en janvier dernier, "le courant passe encore mieux entre nous cette saison !" 

Lors de la préparation, les joueurs ne s’en cachaient pas d’ailleurs: ils vivent très bien ensemble. Le premier déplacement à Saint-Jean-de-Luz n’a fait que confirmer ces dires. La seconde période, bien moins maîtrisée que la première, en a d’ailleurs été la preuve. Les Ruthénois n’ont jamais lâché et ce malgré les 30 minutes passées en infériorité numérique. Il fallait le faire, de surcroît à l’extérieur devant des Basques poussés par leur public. Bref, personne n’a baissé pavillon. Au grand bonheur de l’entraîneur Patrick Furet qui avait prévenu, dans nos colonnes, avant la saison: "On ne grandira et on ne réalisera une belle saison qu’à condition d’être irréprochable dans l’état d’esprit. On ne grandira que grâce à cela." Il a été entendu.

2/La mêlée tient, la touche est déjà réglée

C’était la grande crainte de ce début de saison. Les plus pessimistes l’assuraient déjà dans les rues de Rodez: "On n’aura pas la même mêlée que la saison dernière !" Eh bien, preuve en est que la mêlée ruthénoise, tout comme l’état d’esprit, n’a pas disparu cet été! Malgré trois recrues dans le huit de devant, dont deux en première ligne, dimanche (Thomas Larrieu, Luc Martinet et Dimitri Jean-Étienne), la mêlée aveyronnaise a dominé son homologue. Elle a surtout converti les rares occasions de s’affronter-très peu de mêlées dimanche-, en or à l’image d’une pénalité gagnée, sur introduction adverse, permettant à Romain Boscus de faire grimper le score (16-6, 27e). À Saint-Jean-de-Luz, Rodez a également brillé dans une autre phase statique: la touche. Pas un ballon de perdu et des lancements de jeu très propres qui ont notamment permis à Mathieu Pallarès d’inscrire son essai à la 20e minute. De bon augure.

3/Romain Boscus est en forme

Cibles privilégiées des 3ligne, les ouvreurs doivent également assumer d’être sous les feux des projecteurs sur eux tout au long de leur carrière. Quand tout va bien, le N.10 n’y est que rarement étranger et quand tout va mal, les critiques vont en premier lieu vers lui. La dure loi du poste si l’on peut dire... L’ouvreur ruthénois Romain Boscus a connu cela la saison dernière. Et il ne devrait pas échapper à la règle cette saison encore. Surtout pas en ces temps où il se retrouve seul N.10 de l’effectif après la blessure de Julien Baron, indisponible jusqu’à fin octobre. L’ex joueur de Castres et d’Oyonnax aura un rôle très important dans la santé de son équipe en ce début de saison. Et pour l’instant, tous les voyants sont au vert ! Tout près du 100% au pied dimanche (5 sur 6 tentatives) et auteur d’une gestion quasi parfaite du jeu, Romain Boscus paraît enfin se sentir comme un poisson dans l’eau au Stade Rodez Aveyron. Pourvu que ça dure ,!

4/Et il n’y avait pas tout le monde...

Rodez peut voir le futur d’un bon œil quand on sait qu’il ne possédait pas toutes ses forces vives lors de son déplacement à Saint-Jean-de- Luz. Au rayon des absents, on notera notamment le Néo-Zélandais Timu Star qui promet d’être une grande révélation de la saison, Julien Baron, Liam Mather, Éric Piorkowska, Mel De March, Mathieu Roca, Guillaume Martin... Bref, que de beau monde! Et si pour la plupart, leur retour n’est pas prévu avant octobre, les deux 3e ligne Mathieu Roca et Guillaume Martin seront opérationnels dès dimanche pour la réception de Saint-Nazaire. Quand on vous disait que ça promettait...

Mathieu Roualdés
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

330000 €

Rodez - Maison de charme de 230m² habitables sur un terrain de 620m² arboré[...]

41 €

RODEZ BOURRAN : Parking extérieur dans résidence.[...]

85000 €

Charmant appartement de type 2 d'environ 55 m2 avec cave.Ce logement est tr[...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir