Stade Rodez Aveyron

Vainqueur d'Agen, le Srab cherche la bonne carburation

  • En feu dès le premier quart-temps le Gallois Adam Williams, a une nouvelle fois démontré être le Monsieur Plus de cette équipe.
    En feu dès le premier quart-temps le Gallois Adam Williams, a une nouvelle fois démontré être le Monsieur Plus de cette équipe. Jean-Louis Bories / Jean-Louis Bories
Publié le / Modifié le S'abonner

1re journée. Vainqueurs dans la douleur d’Agen (75-63) samedi, le Srab et ses recrues ont démontré qu’il leur faudrait un peu de temps pour trouver la bonne carburation.

Il a certes gagné, de surcroît à domicile, et signé au passage une entrée en matière idéale. Comptablement, rien à redire sur la première officielle du Stade Rodez Aveyron basket, vainqueur samedi d’Agen (75-63) dans sa salle Ginette-Mazel. Mais pourtant, au-delà de la feuille de statistiques, cette sortie inaugurale a tout de même interrogé.

Dès cet été, le président Vincent Bonnefous avait averti que le potentiel dans la raquette ne serait plus le même. Avec le départ de Dawn Obadina, le Srab a montré dès samedi qu’il serait en effet méconnaissable sur cet aspect. Et qu’il devrait compenser par une générosité à toute épreuve. Au moins en attendant que ses recrues, comme lui, trouvent leur rythme de croisière. 

Memcic, première délicate

Car si Valentin Gelin a déjà fait montre d’un sacré caractère à la mène avec deux paniers à trois points dans des moments cruciaux, ou que Florian Ducard est monté en température au fil de la partie, Fuad Memcic a, lui, connu des débuts compliqués. Avec cinq fautes, il a d’ailleurs dû regagner le banc plus tôt que prévu. Au-delà, ce sont l’impact du Serbe, comme son adresse, qui n’ont pas été ceux escomptés. À sa décharge, ce n’était qu’un premier match. Et comme pour le Srab, il va sûrement falloir être patient pour voir son véritable visage. Le Gallois Adam Williams, lui, ne connaît pas ce genre de problèmes. En feu dès le premier quart-temps samedi, il a une nouvelle fois démontré être le Monsieur Plus de cette équipe. Et son bilan, avec 33 points au compteur et une volonté à toute épreuve, ne dira pas le contraire. Rodez en a bien besoin.

Comme d’un Vincent Da Sylva qui, malgré ses 41ans, est toujours aussi utile quand le vent du boulet se fait sentir. Samedi, il n’est pas passé loin. Mais la troupe de Brahim Rostom, bien qu’irrégulière au cours des 40 minutes, n’a pas flanché. Dans un championnat où une défaite peut signifier la fin des objectifs et une montée ratée, c’est toujours ça de pris. Reste que, justement, les Ruthénois vont rapidement devoir trouver la bonne carburation. Dans le cas contraire, ça pourrait ne pas pardonner.

Maxime Raynaud
Voir les commentaires
L'immobilier à Rodez

441 €

A deux pas de l'hyper centre ville de RODEZ, proche des commerces et des tr[...]

262 €

A deux pas du centre ville de Rodez, dans un immeuble avec de faibles charg[...]

99900 €

Dans une résidence sécurisée, agréable et bien entretenue proche du centre [...]

Toutes les annonces immobilières de Rodez
Réagir