En Aveyron, la filière lait impactée par l’embargo russe

  • L’embargo aura des conséquences sur le prix des matières premières.
    L’embargo aura des conséquences sur le prix des matières premières. José A. Torres
Publié le , mis à jour

Économie. En France, ce sont les maraîchers qui vont le plus souffrir de l’embargo. Mais, dans le département, ce sont 40 tonnes de Roquefort qui resteront stockées dans les caves.

Quelles peuvent être les conséquences de l’embargo russe sur les légumes, les fruits, les viandes, le lait et les produits laitiers ? En France, elles peuvent être notables, en Aveyron elles le seront sans doute moins. En 2011, la France se place au huitième rang des fournisseurs en agroalimentaire de la Russie, derrière l’Allemagne, la Pologne mais devant l’Italie et l’Espagne. L’Hexagone a expédié, en 2013, plus de 1 milliard d’euros de produits alimentaires sur les 10 milliards qu’a importés la Russie à l’Union européenne. Sur ce milliard d’euros, l’Aveyron ne représente qu’une faible part

Baisse du court des matières premières 

Cependant, la filière du lait voit ses cours s’effondrer, laissant préfigurer un scénario similaire pour les autres secteurs. La tonne de poudre de lait écrémé se vend actuellement 2400€, contre 2880€ début août. La tonne de beurre se négocie à 3206€, contre 3600€ il y a un mois. Une chute des prix qui inquiète en Aveyron. "Cet embargo - qui devrait durer au moins un an- aura des incidences sur le prix des matières premières. Les habituels pays exportateurs en Russie vont se rabattre sur le marché européen. Nous risquons donc de voir les marchés inondés, et les prix chuter", explique le président de la chambre d'agriculture Jacques Molières. Un scénario que l’Europe a pris en considération, en annonçant le déblocage d’une aide au stockage des produits laitiers de 10 à 20 millions d’euros. 

40 tonnes de Roquefort bloquées

Si l'embargo n'a d'effets véritables que sur le coût des matières premières, il n'en reste pas moins que certaines industries aveyronnaises souffrent plus directement. Les caves de Roquefort voient le marché de la Russie pour l’instant fermé. Ce sont près de 40 tonnes qui resteront ces prochaines semaines dans les caves. Une quantité "relativement modeste" tempère le président de la Confédération Roquefort, Robert Glandières. "Mais en cette période difficile, tous les marchés sont bons à prendre. C'est pourquoi nous restons vigilants." 

Centre Presse Aveyron
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?