Les Halles de l’Aveyron arrivent sur le marché «parisien»

  • Jean-Claude Virenque, le président de la coopérative, et Pierre Cabrit, administrateur, devant le rayon boucherie, qui fait la force des Halles.
    Jean-Claude Virenque, le président de la coopérative, et Pierre Cabrit, administrateur, devant le rayon boucherie, qui fait la force des Halles. Philippe Routhe
Publié le , mis à jour

Commerce. La coopérative agricole Unicor a ouvert le 1er octobre son nouveau magasin à Herblay, en région parisienne. L’inauguration de ce site est prévue aujourd’hui.

C’est donc finalement à Herblay, dans le Val d’Oise, que la coopérative Unicor exporte pour la première fois hors de sa zone géographique son concept des Halles de l’Aveyron. Ainsi, depuis le 1er octobre, les Herblaisiens goûtent aux produits de l’Aveyron. "Les premiers retours que nous en avons sont très positifs et les premiers chiffres aussi", sourit Jean-Claude Virenque, le président de la coopérative. C’est donc ravi à plus d’un titre qu’il inaugure aujourd’hui la nouvelle enseigne "parisienne".

Parce que, pour lui, cela véhicule tout l’esprit coopératif à la sauce aveyronnaise. En 2008, dès l’ouverture du magasin des Halles de l’Aveyron et de son restaurant, les dirigeants d’Unicor, présidé à l’époque par Bernard Cazals, avaient évoqué leur intention de développer ce modèle. Montpellier, Toulouse, Marseille, Paris... toutes les destinations étaient à l’étude.

Esprit coopératif

"À Herblay, l’opportunité a rencontré le stratégique", explique Jean- Claude Virenque. En quelques mois, l’affaire a été bouclée. Région pavillonnaire, bonne situation géographique, un site de 7500 m² et 2000 m² de surface de vente, un propriétaire qui trouvait là le bon compromis et Uncior aussi en terme de tarifs: les deuxièmes Halles pouvaient enfin voir le jour. Elles proposent à l’identique les mêmes produits qu’à Rodez, et, surtout, un rayon boucherie (ovin, bovin, volaille, charcuterie...).

"C’est le cœur de notre action. Les habitants découvrent ce changement. Nous avons recruté cinq bouchers et le chef est déjà venu, ici, à Onet-le-Château. Il a pu apprécier ce que nous attendons. À vrai dire, il y avait longtemps qu’il n’avait pas vu un tel rayon de boucherie", relate Jean-Claude Virenque. "À terme, nous souhaitons faire venir en Aveyron les gens qui travailleront dans ce magasin du Val d’Oise, afin qu’ils aillent à la rencontre des producteurs et les sensibiliser ainsi à ce qu’est l’esprit coopératif." 

Le restaurant ouvrira au mois de janvier 2015

Avec l’ouverture du restaurant, programmée en janvier, ce sont près d’une cinquantaine de personnes qui seront employées. Et ce, sous la houlette d’un Aveyronnais, en la personne de Michel Combettes (voir ci-contre). "Ce sera le seul Aveyronnais. Il sera notre œil, là-bas, car ce magasin va aussi tester notre capacité à gérer à distance", poursuit Jean-Claude Virenque. Le groupe coopératif a investi 7 M€ pour ce nouveau magasin. "Notre souhait est que le système s’auto-alimente", lance Pierre Cabrit, un administrateur du groupe. Un groupe qui, pour ce faire, a également lancé une souscription auprès des adhérents et des salariés afin de leur ouvrir la participation à la SCI qui détient les nouveaux locaux."Ce que l’on souhaite, c’est que les producteurs se sentent chez eux quand ils iront à Herblay», poursuit Pierre Cabrit. 

70% de produits proposés sont issus des adhérents

"Mais nous n’avons pas vocation à faire du business sur l’immobilier, prévient Jean-Claude Virenque. Notre démarche a quelque chose de participatif et d’éthique." Et de souligner que plus de 70% des produits vendus au sein de ces Halles de l’Aveyron sont issus des producteurs adhérents. "Ils ne sont pas des faire-valoir", fait remarquer Pierre Cabrit. "Quant à l’approvisionnement restant, nous veillons à ce qu’il se réalise auprès de producteurs qui rejoignent notre philosophie, rappelle le président. Tout cela doit avoir du sens. De même, nous ne fermerons pas un magasin à Arvieu ou Réquista pour ouvrir des Halles je ne sais où. Tout ce que nous faisons doit avoir du sens. Et c’est pour les adhérents que nous le faisons". Avec l’ouverture de ces nouvelles Halles à Herblay, le groupe Unicor écrit là une page importante de son histoire."Avec les Halles, l’essai a été inscrit à Rodez. Il nous faut le transformer à Paris!", dit Jean-Claude Virenque.

Philippe Routhe
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?